14.03.2016 à 18:18

DopageAthlétisme: la Fédération biélorusse confiante

Le président de la fédération, Alexandre Bout-Goussaïm, reste optimiste malgré l'avertissement de la l'IAAF.

Le Kenya, l'Ukraine et la Biélorussie sont placés sous surveillance par l'IAAF, dans l'obligation, selon le président de l'IAAF, de «renforcer» leur programme antidopage.

Le Kenya, l'Ukraine et la Biélorussie sont placés sous surveillance par l'IAAF, dans l'obligation, selon le président de l'IAAF, de «renforcer» leur programme antidopage.

photo: Keystone/Archives/photo d'illustration

Le président de la Fédération internationale (IAAF), Sebastian Coe, avait divulgué vendredi le nom de cinq pays en «situation très critique» concernant leur programme antidopage jugé insuffisant. Parmi eux, la Biélorussie ainsi que le Maroc, l'Ukraine, l'Ethiopie et le Kenya.

«Je ne dirais pas que notre pays se trouve dans une zone à risque», a déclaré Alexandre Bout-Goussaïm, cité par l'agence de presse russe «TASS». L'avertissement de l'IAAF concerne «simplement les pays où la prévention du dopage n'a pas été jugée totalement satisfaisante», a-t-il ajouté.

Le président de l'IAAF, Sebastian Coe, a divulgué vendredi le nom de cinq pays en «situation très critique» concernant leur programme antidopage jugé insuffisant. Il s'agit du Maroc, de l'Ukraine, de la Biélorussie, de l'Ethiopie et du Kenya.

Russie toujours suspendue

Ces pays sont touchés «à différents degrés», a indiqué M. Coe, précisant par exemple que le Maroc et l'Ethiopie devaient revoir en profondeur et «de toute urgence» leur programme pour notamment y introduire plus de tests, à la fois pendant et hors des compétitions.

Le Kenya, l'Ukraine et la Biélorussie ont quant à eux été placés sous surveillance par l'IAAF, dans l'obligation, selon M. Coe, de «renforcer» leur programme antidopage. Dans la foulée de cette annonce, l'Ukraine avait annoncé prendre toutes les mesures «nécessaires» aussitôt qu'elle aurait pris connaissance de ce que lui reproche exactement l'IAAF.

La Russie est pour l'heure toujours suspendue de toute compétition internationale d'athlétisme, après qu'un rapport d'une commission indépendante de l'Agence mondiale antidopage a dénoncé le «dopage organisé» dans ce pays. L'IAAF a estimé vendredi que les efforts de la Russie en matière de lutte antidopage n'étaient pas suffisants pour justifier sa réintégration dans l'athlétisme mondial. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!