France: Attaque à Marseille: les victimes étaient cousines

Actualisé

FranceAttaque à Marseille: les victimes étaient cousines

Les deux jeunes femmes tuées lors de l'agression au couteau survenue dimanche dans la cité phocéenne, étaient parentes. L'identité de l'assassin est encore incertaine.

1 / 27
La Suisse expulsé le frère de l'auteur de l'attaque à Marseille. Anouar H faisait l'objet d'un mandat d'arrêt international émis par les autorités de Tunis. (26 octobre 2017)

La Suisse expulsé le frère de l'auteur de l'attaque à Marseille. Anouar H faisait l'objet d'un mandat d'arrêt international émis par les autorités de Tunis. (26 octobre 2017)

AFP
Deux hommes, dont l'un était soupçonné d'avoir hébergé l'auteur de l'attaque de Marseille, ont été relâchés «en l'absence d'éléments incriminants». L'enquête se concentre sur la famille du tueur, dont l'un des frères a été arrêté en Italie cette semaine. (Samedi 14 octobre 2017)

Deux hommes, dont l'un était soupçonné d'avoir hébergé l'auteur de l'attaque de Marseille, ont été relâchés «en l'absence d'éléments incriminants». L'enquête se concentre sur la famille du tueur, dont l'un des frères a été arrêté en Italie cette semaine. (Samedi 14 octobre 2017)

Keystone
La maison de l'assaillant à Marseille. Les trois frères et la soeur du Tunisien qui a tué deux jeunes filles à Marseille le 1er octobre ont été entendus ces derniers jours, et deux d'entre eux, arrêtés en Italie et en Suisse. (mardi 10 octobre 2017)

La maison de l'assaillant à Marseille. Les trois frères et la soeur du Tunisien qui a tué deux jeunes filles à Marseille le 1er octobre ont été entendus ces derniers jours, et deux d'entre eux, arrêtés en Italie et en Suisse. (mardi 10 octobre 2017)

AFP

L'identité de l'homme qui a tué deux jeunes femmes à l'arme blanche dimanche à la gare Saint-Charles de Marseille reste incertaine. Plusieurs identités peuvent lui être attribuées, apprend-on lundi de source proche de l'enquête. Ce double meurtre a été revendiqué par l'Etat islamique (EI) mais officiellement, aucun lien n'est établi à ce stade. Il porte à 241 le nombre de personnes tuées dans des attentats en France depuis 2015.

Les deux jeunes femmes étaient cousines. Elles étaient âgées de 20 et 21 ans. L'une suivait des études de médecine à Marseille et l'autre était dans une école d'infirmières. Cette dernière était venue de Lyon pour passer le week-end avec sa cousine à Marseille, indique-t-on de source proche de l'enquête.

Huit identités

L'identité et la nationalité du tueur, âgé d'une trentaine d'années, n'ont pour l'heure pas pu être établies. Selon de premiers éléments de l'enquête, l'agresseur est de nationalité tunisienne mais des vérifications supplémentaires sont en cours.

L'agresseur n'avait «pas de papiers sur lui», mais a été identifié grâce à ses empreintes digitales. Il était connu des services de police sous huit identités différentes, pour diverses infractions de droit commun: infractions sur la législation au droit des étrangers, vol a l'étalage, port d'arme prohibé, notamment. Il avait encore été contrôlé vendredi 29 septembre, pour un vol à l'étalage à Lyon.

Les enquêteurs se disent «prudents» sur la revendication des meurtres effectuée dimanche soir par Daech. «On se pose la question de savoir si ce n'est pas une revendication d'opportunité», dit-on de source proche de l'enquête. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion