Syrie: Attaque chimique: Moscou parle de «mise en scène»

Actualisé

SyrieAttaque chimique: Moscou parle de «mise en scène»

Alors que Trump menace de bombarder la Syrie, l'armée russe lance un pavé dans la mare en affirmant que les accusations d'utilisation d'armes chimiques sont une pure invention des Casques blancs.

1 / 7
Sur cette photo délivrée par des Casques blancs, secouristes en zones rebelles, des enfants sont soignés à l'hôpital après une attaque chimique présumée à Douma. Le régime syrien nie avoir eu recours à des produits toxiques. (8 avril 2018)

Sur cette photo délivrée par des Casques blancs, secouristes en zones rebelles, des enfants sont soignés à l'hôpital après une attaque chimique présumée à Douma. Le régime syrien nie avoir eu recours à des produits toxiques. (8 avril 2018)

AFP
AFP
AFP

L'attaque chimique présumée contre les rebelles syriens à Douma a été «mise en scène devant les caméras» par les Casques blancs, l'organisation de sauveteurs syriens en zone rebelle qui a la première dénoncé cette attaque, a accusé l'armée russe mercredi.

«Opérant uniquement dans les rangs des terroristes, les Casques blancs ont une fois de plus mis en scène devant les caméras une attaque chimique contre des civils dans la ville de Douma», a affirmé le général Viktor Poznikhir au cours d'une conférence de presse.

«Nous ne participons pas à la twitto-diplomatie. Nous sommes partisans d'approches sérieuses», a déclaré le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov, cité par les agences russes lui demandant de commenter les derniers messages du président américain.

Attaque chimique présumée en Syrie (7 avril)

Une vidéo postée sur Facebook par le comité de coordination de Douma montre des enfants et des adultes être soignés et aspergés d’eau dans un hôpital de Douma, suite à l’attaque chimique présumée le 7 avril, que le régime syrien et son allié russe décrivent comme une "fabrication".

«Nous estimons toujours qu'il est important de ne pas mener des actions qui pourraient nuire à une situation déjà fragile», a-t-il ajouté. «Nous sommes convaincus que l'utilisation d'armes chimiques à Douma (ville de la Ghouta orientale en Syrie, NDLR) a été inventée, et ne peut être utilisée comme prétexte pour avoir recours à la force», a-t-il prévenu.

Tôt dans la journée, Donald Trump a prévenu la Russie d'une intervention militaire imminente en Syrie après l'attaque au gaz toxique, imputée à Damas, contre la ville rebelle de Douma, dans la Ghouta.

«Tiens-toi prête, parce qu'ils arrivent, beaux et neufs»

«La Russie promet d'abattre tous les missiles tirés contre la Syrie. Tiens-toi prête, Russie, parce qu'ils arrivent, beaux et neufs(...), écrit Donald Trump sur Twitter. »Vous ne devriez pas être les partenaires d'un animal qui tue son peuple avec des gaz et s'en réjouit!« poursuit-il, faisant allusion au président syrien, Bachar al Assad. Moins d'une heure après avoir averti Moscou de l'imminence de frappes américaines, Donald Trump a proposé de contribuer à la relance de l'économie russe et de mettre un terme à ce qu'il appelle «une course aux armements».

Le ministère russe des Affaires étrangères a réagi aux propos du président étasunien, estimant que les missiles américains devraient viser les terroristes plutôt que le gouvernement syrien.

De son côté, le président russe Vladimir Poutine a dit mercredi «espérer que le bon sens finira par l'emporter» dans les relations internationales, actuellement «de plus en plus chaotiques» dans un contexte de vives tensions avec les Occidentaux. «L'état du monde ne peut que provoquer la préoccupation», a déclaré M. Poutine lors d'un discours devant des diplomates étrangers, retransmis à la télévision. «La situation dans le monde devient de plus en plus chaotique. Néanmoins, nous espérons que le bon sens finira par l'emporter et que les relations internationales prendront une direction constructive, que le système mondial deviendra plus stable et prévisible», a-t-il poursuivi.

Police militaire russe déployée dès jeudi à Douma

Ces propos interviennent dans un contexte de confrontation Est-Ouest renforcée ces dernières semaines par l'empoisonnement de l'ex-espion russe Sergueï Skripal en Angleterre, à l'origine d'une vague d'expulsions croisées de diplomates, et par l'attaque chimique présumée en Syrie, dont les Occidentaux accusent le régime de Bachar el-Assad, soutenu par Moscou.

Le président américain Donald Trump a affirmé mercredi dans un tweet que les relations entre les Etats-Unis et la Russie étaient «pires aujourd'hui qu'elles ne l'ont jamais été, y compris pendant la Guerre froide».

«Une unité de police militaire russe sera déployée à partir de demain pour assurer la sécurité, maintenir l'ordre et organiser l'aide aux habitants locaux dans la ville de Douma», dernière poche rebelle située dans la Ghouta orientale, a-t-il ajouté. Selon les Casques blancs syriens, les secouristes en zones rebelles, et l'ONG Syrian American Medical Society, des dizaines de personnes ont été tuées le 7 avril à Douma dans une attaque aux «gaz toxiques», imputée par les Occidentaux au régime de Bachar el-Assad, qui dément toute responsabilité.

L'armée syrienne évacue ses bases

Pour Maria Zakharova, porte-parole du ministère, une éventuelle frappe américaine, en effaçant les éléments d'analyse, pourrait viser à empêcher toute enquête indépendante sur l'attaque chimique qui, selon les rebelles syriens, a eu lieu samedi dernier à Douma, près de Damas. Face à la menace de frappes américaines, l'armée syrienne a de son côté évacué ses principales bases militaires et aérodromes du pays et est en état d'alerte, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). (nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion