Syrie: Attaque islamiste contre un bastion de l'armée
Actualisé

SyrieAttaque islamiste contre un bastion de l'armée

Des insurgés islamistes ont lancé une double attaque d'envergure pour s'emparer d'une place forte de l'armée dans l'ouest d'Alep.

1 / 872
31.03 Des raids du régime syrien sur un bastion rebelle à l'est de Damas ont fait une trentaine de morts. Les Etats-Unis ont vivement condamné ces «attaques contre des civils».

31.03 Des raids du régime syrien sur un bastion rebelle à l'est de Damas ont fait une trentaine de morts. Les Etats-Unis ont vivement condamné ces «attaques contre des civils».

epa/Mohammed Badra
30.03 Il serait «logique que des forces indépendantes, tout comme les forces de l'opposition et celles loyales au pouvoir y soient représentées», a estimé le président syrien dans une interview à l'agence de presse publique russe Ria Novosti.

30.03 Il serait «logique que des forces indépendantes, tout comme les forces de l'opposition et celles loyales au pouvoir y soient représentées», a estimé le président syrien dans une interview à l'agence de presse publique russe Ria Novosti.

epa/Alexey Druzhinyn/ria Novosti/pool
27.03 Le président russe Vladimir Poutine a félicité par téléphone son homologue syrien Bachar al-Assad pour la reprise de la ville de Palmyre au groupe Etat islamique (EI). (Image d'archives)

27.03 Le président russe Vladimir Poutine a félicité par téléphone son homologue syrien Bachar al-Assad pour la reprise de la ville de Palmyre au groupe Etat islamique (EI). (Image d'archives)

ria Novosti

Les troupes gouvernementales syriennes ont fortement pilonné vendredi des positions rebelles dans cette ville et aux alentours dans le nord du pays.

Les combats d'une violence inouïe ont duré toute la nuit jusqu'à l'aube.

Avec des centaines d'obus tombés sur les secteurs gouvernementaux comme de l'opposition, «Alep a connu la pire nuit depuis l'entrée des rebelles dans la ville en juillet 2012», a indiqué le directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), Rami Abdel Rahmane, proche des opposants au régime de Bachar al-Assad.

L'offensive a été lancée par une nouvelle coalition d'insurgés islamistes, Ansar al-Charia (Partisans de la Charia), dont le lancement a été annoncé jeudi avec l'objectif de «libérer Alep et ses environs».

Plusieurs dizaines de tués évoqués

Cette alliance rassemble 13 organisations, notamment le Front Al-Nosra, la branche syrienne d'Al-Qaïda, et Ahrar al-Cham.

Ses combattants cherchent d'abord à s'emparer du quartier général des services de renseignements de l'armée de l'air, dans le quartier de Zahra, aussi selon l'OSDH.

Les combats ont commencé jeudi par des bombardements intensifs des rebelles sur ce quartier. Ils ont été suivis par des affrontements avec l'armée, les Forces de défense nationale (FND, milice pro-régime) et les combattants chiites libanais du Hezbollah. Et ils se sont notamment étendus à deux quartiers, selon l'OSDH.

L'aviation du régime a bombardé les zones de combat mais la coalition islamiste a pu avancer et prendre le contrôle de quelques bâtiments à Zahra, selon l'OSDH. «Il y a eu au moins 35 morts dans les rangs des insurgés et des dizaines de morts et blessés dans ceux du régime», précise l'ONG, qui fait également état de neuf civils tués dans les quartiers tenus par le pouvoir.

Une autre coalition, Fatah Halab, constituée en majorité de rebelles d'islamistes, sans le Front Al-Nosra, a de son côté réussi à s'emparer d'une partie d'un centre militaire dans le quartier mitoyen de Rachidine, a indiqué l'ONG. Au cours de cette attaque, les insurgés ont perdu 11 combattants, selon l'OSDH.

Evoquée par Davutoglu

Selon la télévision officielle syrienne, «l'armée a mis en échec des tentatives d'infiltration sur plusieurs axes à Alep, tuant plus de 100 terroristes».

Et une explosion vendredi dans une mosquée d'Ariha, dans la province d'Idlib (nord-ouest), a tué au moins dix membres du Front al-Nosra, a rapporté l'OSDH.

Par ailleurs, les rebelles ont attaqué dans la nuit de jeudi à vendredi un poste de l'armée à Challah, à l'entrée est de la localité de Zabadani, à 20 km au nord de la capitale Damas, qui résiste toujours aux forces du régime.

Le régime a riposté en menant 20 raids, également selon l'OSDH. Au total, au moins trois personnes ont été tuées dans les rangs des rebelles et cinq au sein de l'armée.

Par ailleurs, le Premier ministre turc Ahmet Davutoglu a lui indiqué que son pays n'envisage pas d'opération militaire en Syrie pour protéger sa frontière. (ats)

Ton opinion