Actualisé 06.04.2020 à 17:29

Football

Atteint du coronavirus, un médecin se suicide

Alors que le docteur du Stade de Reims se trouvait en quarantaine suite à sa contamination, Bernard Gonzalez a mis fin à ses jours. Son suicide a provoqué une onde de choc. Les hommages se multiplient.

de
Sport-Center

Le Stade de Reims se retrouve sous le choc, totalement abasourdi par la triste nouvelle. Le club de Ligue 1 au sein duquel évolue le Suisse Dereck Kutesa a été confronté ce dimanche au suicide de Bernard Gonzalez (60 ans), le médecin en charge de son équipe fanion. Atteint de Covid-19, il était en confinement chez lui avec son épouse, également contaminée. Il a laissé une lettre détaillée qui justifierait le lien entre son geste et sa contamination, lettre dans laquelle il aurait révélé la nature et l'avancée de sa contamination, ne souhaitant visiblement plus lutter contre ce fléau. Selon une source médicale citée par l'AFP, le praticien «semblait pourtant en pleine forme voici deux jours.»

Dès l'annonce de son décès, les réactions se sont multipliées à l'instar de celle d'Arnaud Robinet, le maire de Reims, qui connaissait bien Bernard Gonzalez, devenu l'un des piliers historiques du club. «C'était un grand professionnel, reconnu et apprécié par tous, a confié l'élu au Parisien, qui avait révélé l'information en début de soirée () J'ai une pensée émue pour ses parents, pour sa femme, sa famille. C'est une victime collatérale du Covid-19, car il avait été détecté positif et se trouvait en quarantaine. Je sais qu'il a laissé un mot pour expliquer son geste mais j'en ignore le contenu.»

Choc immense au sein du club

Au Stade de Reims, le choc est bien évidemment immense. Personne n'était, ce dimanche après-midi, au courant du drame. Ni même que le docteur Gonzalez était atteint du Covid-19. «Je lui ai parlé la semaine passée et il n'a jamais évoqué ce sujet, devait ainsi expliquer un membre du club. C'est incompréhensible. Quel drame. Il va falloir désormais avertir les joueurs et le staff. Le choc va être terrible.»

Dimanche soir, Jean-Pierre Caillot, le patron du club, a exprimé son émotion sur le site du club. «Les mots me manquent, je suis abasourdi, prostré devant cette nouvelle, écrit-il. Cette pandémie touche le Stade de Reims en plein coeur, c'est une personnalité de Reims et un grand professionnel du sport qui nous a quittés. Sa mission au club de plus de 20 ans a été réalisée avec le plus grand professionnalisme, de manière passionnée et même désintéressée. Le Docteur Gonzalez, dans les périodes les plus dures du club, a ainsi oeuvré de manière bénévole. (...). C'est mon médecin personnel, et aujourd'hui toutes mes pensées, celles du club dont il restera une figure forte, vont vers son épouse et ses parents. Aujourd'hui c'est un drame qui nous frappe.»

Dans la foulée, clubs, joueurs ou anonymes n'ont pas manqué de rendre hommage à celui qui avait accompagné la vie du Stade de Reims durant plus de deux décennies.

«Je viens d'apprendre la nouvelle par le groupe WhatsApp que nous avions constitué quand nous étions en L2, a expliqué le défenseur Yunis Abdelhamid à nos confrères de L'Equipe. Nous n'avions plus de contact direct avec lui depuis le début du confinement. Mais nous échangions à travers les informations que nous faisions remonter à Laurent Bessière (ndlr responsable de la performance du club champenois). C'était quelqu'un de jovial, humain, avec lequel il était facile de s'isoler pour parler et se confier à propos d'autres choses que du foot. Ce sport, c'était sa vie. C'est comme si je venais de perdre un membre de ma famille.»

Au civil, Bernard Gonzalez était à la tête d'un important cabinet médical, installé dans un quartier réaménagé de la ville.

Envies suicidaires? Faites-vous aider!

Selon Stopsuicide.ch, la problématique du suicide est un sujet complexe et multiple qui ne peut s'expliquer au travers d'une réponse unique. Cette association vise à briser le tabou qui englobe le suicide afin de réfléchir aux différents moyens permettant de mettre en oeuvre une aide concrète destinée aux jeunes en souffrance.

D'autres structures comme La Main Tendue (composez le 143) et la Ligne d'aide pour jeunes (147) sont également disposées à aider.

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!