Actualisé 25.07.2016 à 08:52

Suisse

Attentat terroriste: avertir les citoyens par SMS?

Après l'attaque meurtrière d'un Germano-Iranien dans un centre commercial de Munich (All), la Fedpol envisage de développer un système d'alerte pour les habitants de notre pays.

de
Nikolai Thelitz/ofu
Keystone/Caro / Sorge

«Pour votre sécurité, évitez les grandes places et les routes. Un délinquant est en fuite. Les bus et les trains ne circulent plus. Allumez la radio ou la télévision.» Voici le message d'alerte que les habitants de Munich, capitale de la Bavière (All), ont reçu vendredi soir pendant la fusillade survenue dans un centre commercial de la ville. C'est grâce au système «Katwarn» que les utilisateurs peuvent être avertis par SMS ou via une application en cas de dangers tels que des attentats terroristes ou autres attaques.

Jusqu'à présent, la Suisse ne dispose d'aucun système du genre. Un manque que la Confédération compte désormais combler. «Nous sommes actuellement en train d'évaluer un système d'alerte», confirme à «20 Minuten» la porte-parole de l'Office fédéral de la police (Fedpol), Anne-Florence Débois. Cette dernière rappelle que la Fedpol est active sur Twitter depuis mai 2016. «L'attaque à Munich montre qu'on peut utiliser à bon escient ce réseau social dans ce type de situation. La Fedpol pourrait utiliser Twitter en cas d'attentat terroriste. C'est un moyen très efficace lors de crises.»

«Evaluer l'efficacité et l'efficience»

Mais en plus de cela, Berne vérifie d'autres moyens pour avertir la population. «Un système d'alerte par SMS est envisageable. Mais avant cela, il faut d'abord évaluer son efficacité», explique la porte-parole, tout en ajoutant que l'évaluation doit désormais permettre de décider si un tel système sera introduit dans notre pays et de quelle manière.

Depuis 2010, il est déjà possible de recevoir un message d'alerte par SMS en cas d'enlèvement d'enfants. Actuellement, près de 60'000 personnes se sont inscrites à ce service. Pour ce qui est des catastrophes telles que des tremblements de terre, des inondations ou des incidents nucléaires, il existe l'application «SwissAlert». En revanche, aucun système spécifiquement conçu pour les attentats terroristes ou les fusillades n'a encore été conçu.

Réseau totalement saturé

Pour Ralf Beyeler, expert en télécommunication auprès du comparateur de prix Verivox, la meilleure des solutions serait de lancer un système d'alerte par SMS. «Les gens pourraient s'abonner à ce service. Mais il serait aussi envisageable que la Confédération demande aux opérateurs d'envoyer un SMS à tous ses abonnés d'une certaine région, pour autant qu'ils aient du réseau. Pour cela, il faudrait que les opérateurs programment un outil spécial.» Mais cette manière de faire n'a pas que des avantages, note l'expert. «Il faut que le réseau de téléphonie mobile fonctionne parfaitement. Or, en cas d'attaque, il risque d'être complètement saturé parce que tout le monde veut avertir ses proches.»

Une autre possibilité serait le Cell Broadcast (CB), ou diffusion cellulaire. Il s'agit d'une technique qui permet d'envoyer le même message à tous les abonnés à l'intérieur d'une zone géographique. Contrairement au premier système d'alerte proposé par Ralf Beyeler, où les opérateurs envoient un SMS à chaque utilisateur connecté au réseau de téléphonie mobile, le CB consiste à envoyer un message à une antenne. Le SMS est ensuite reçu simultanément par tous ceux qui se trouvent dans le périmètre que couvre l'antenne en question. Le CB est déjà utilisé au Japon lors de tremblements de terre. Les Etats-Unis l'ont également activé pendant l'attaque du marathon de Boston.

Activer l'alerte d'urgence dans les réglages

«Techniquement, il s'agit de la meilleure des solutions parce qu'elle ne sature pas trop le réseau de téléphonie mobile. Certains natels peuvent déjà recevoir des messages CB. Il suffit d'activer l'alerte d'urgence dans les réglages de son téléphone portable.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!