Actualisé 30.11.2018 à 09:06

Allemagne

Atterrissage brusque pour Merkel sur la route du G20

Angela Merkel n'assistera pas à l'ouverture du G20 à Buenos Aires après un atterrissage d'urgence à Cologne jeudi.

1 / 7
La chancelière allemande Angela Merkel sera absente de l'ouverture du sommet du G20 à Buenos Aires, après un atterrissage d'urgence de son avion à Cologne, dans l'ouest de l'Allemagne, jeudi soir.

La chancelière allemande Angela Merkel sera absente de l'ouverture du sommet du G20 à Buenos Aires, après un atterrissage d'urgence de son avion à Cologne, dans l'ouest de l'Allemagne, jeudi soir.

Keystone/Jörg Blank/dpa
Une heure environ après le décollage de l'avion de Mme Merkel de Berlin, le commandant de bord du Konrad Adenauer, le nom de l'appareil de la république fédérale, a annoncé aux membres de la délégation et aux journalistes

Une heure environ après le décollage de l'avion de Mme Merkel de Berlin, le commandant de bord du Konrad Adenauer, le nom de l'appareil de la république fédérale, a annoncé aux membres de la délégation et aux journalistes

AP
les accompagnant qu'il avait décidé de se poser à Cologne en raison de «dysfonctionnement de plusieurs systèmes électroniques», alors que l'Airbus A340 survolait les Pays-Bas. Il a ajouté qu'il n'y avait pas de risques pour la sécurité.

les accompagnant qu'il avait décidé de se poser à Cologne en raison de «dysfonctionnement de plusieurs systèmes électroniques», alors que l'Airbus A340 survolait les Pays-Bas. Il a ajouté qu'il n'y avait pas de risques pour la sécurité.

AP

La chancelière allemande Angela Merkel sera absente de l'ouverture du sommet du G20 à Buenos Aires, après un atterrissage d'urgence de son avion à Cologne, dans l'ouest de l'Allemagne, jeudi soir. Le président américain Donald Trump est, lui, bien arrivé en Argentine.

Le sommet du G20 s'ouvre ce vendredi dans la capitale argentine, bousculé par les tensions diplomatiques et commerciales. Les chefs d'Etat et de gouvernement des vingt plus grandes puissances mondiales se retrouvent pour deux jours dans une capitale argentine sous très haute surveillance.

Une heure environ après le décollage de l'avion de Mme Merkel de Berlin, le commandant de bord du Konrad Adenauer, le nom de l'appareil de la république fédérale, a annoncé aux membres de la délégation et aux journalistes les accompagnant qu'il avait décidé de se poser à Cologne en raison de «dysfonctionnement de plusieurs systèmes électroniques», alors que l'Airbus A340 survolait les Pays-Bas. Il a ajouté qu'il n'y avait pas de risques pour la sécurité.

L'atterrissage a été brusque, l'avion ayant encore beaucoup de carburant à bord, et ses freins ont été très sollicités. Après être restées un temps à bord, la chancelière fédérale et sa délégation ont quitté l'avion et gagné un hôtel de Bonn.

Entretiens avec Trump, Xi et Poutine

Selon des tweets de journalistes allemands se trouvant à bord du vol gouvernemental, la chancelière devrait se rendre vendredi matin à Madrid afin d'embarquer avec une petite délégation à bord d'un avion de ligne commerciale vers la capitale argentine. Le ministre allemand des finances, Olaf Scholz, devrait faire partie de cette délégation restreinte.

De sources gouvernementales, on indique que Mme Merkel ne devrait pas arriver en Argentine avant vendredi soir. Plusieurs entretiens bilatéraux sont prévus à son agenda, notamment avec les présidents américain Donald Trump, chinois Xi Jinping et russe Vladimir Poutine.

D'après l'agence DPA, le porte-parole du gouvernement Steffen Seibert a fait savoir que le voyage ne pouvait pas se poursuivre jeudi soir afin de respecter les temps de vol maximaux de l'équipage. Il a précisé étudier si les rendez-vous prévus de la dirigeante dans le cadre de ce sommet pouvaient être reportés.

Trump ne rencontrera pas Poutine

Avant même le coup d'envoi du G20 en Argentine, l'imprévisible président américain Donald Trump a brusquement fait grimper la tension en annulant sa rencontre prévue avec son homologue russe Vladimir Poutine, sur fond d'escalade entre Moscou et Kiev. Le revirement survient alors que l'enquête aux Etats-Unis sur l'ingérence russe avant l'élection présidentielle de 2016 se fait de plus en plus menaçante pour le locataire de la Maison-Blanche.

«En partant du fait que les navires et les marins n'ont pas été restitués par la Russie à l'Ukraine, j'ai décidé qu'il serait mieux pour toutes les parties concernées d'annuler ma rencontre préalablement prévue en Argentine avec le président Vladimir Poutine», a-t-il tweeté, peu après avoir quitté Washington.

Une heure avant, le président américain, coutumier des volte-face brutales, avait encore confirmé aux journalistes cette rencontre bilatérale, dans un contexte «très opportun», avait-il même dit.

Le Kremlin a réagi avec froideur à l'annulation de la réunion bilatérale, qui ne lui avait pas été signifiée officiellement. Un porte-parole a noté que Vladimir Poutine «aurait quelques heures de plus à consacrer à des réunions utiles en marge du sommet».

Le temps fort annoncé du sommet sera la rencontre de M. Trump avec le président chinois Xi Jinping. Les deux dirigeants doivent tenter d'enrayer l'escalade de représailles douanières entre les deux pays, qui menace la croissance mondiale.

«Nous espérons que les Etats-Unis et la Chine pourront faire un pas l'un vers l'autre», a dit jeudi un porte-parole du ministère chinois du commerce. (nxp/afp)

Le vol d'Angela Merkel a décollé de Madrid pour Buenos Aires

Un vol Iberia avec Angela Merkel à bord a décollé vendredi matin de Madrid pour Buenos Aires. La chancelière allemande doit y rejoindre en retard le sommet du G20 après une panne de l'appareil gouvernemental allemand.

L'avion a décollé à 08h22 GMT (09h22 en Suisse), selon le site de la compagnie. La chancellerie avait précédemment indiqué que Mme Merkel était à bord de ce vol IB6849 sur lequel elle a dû se rabattre après l'atterrissage d'urgence jeudi soir de son avion en raison de défaillances techniques «sérieuses».

A ce propos, l'armée de l'air allemande a écarté vendredi toute hypothèse criminelle après la panne survenue à bord de l'appareil. Selon la chancelière elle-même, un «dysfonctionnement grave» a contraint l'Airbus A340 de la République fédérale à se poser sur l'aéroport de Cologne-Bonn.

Citant des sources proches des services de sécurité, le Rheinische Post avait annoncé qu'une enquête avait été ouverte pour déterminer si des «antécédents criminels» étaient à l'origine de la panne, tout en ajoutant qu'aucune autre hypothèse n'était exclue. «C'est une vérification de routine de l'équipement radio qui a échoué», a expliqué un porte-parole de l'armée de l'air.

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!