Actualisé 04.03.2010 à 22:55

cinémaAtterrissage massif de festivals sur mars

Ce mois-ci, les manifestations se suivent en Suisse romande. Un peu trop?

von
Stéphanie Billeter

Comme des primevères. C'est au moment où le printemps pointe son museau (enfin, il essaie) que les festivals de films poussent une semaine après l'autre. Cela com­mence ce vendredi et dure jusqu'à plus soif! De quoi se marcher sur les plates-bandes?

«Par rapport à cette profusion, je vois deux problèmes, relève Léo Kaneman, directeur du Festival des droits humains, qui s'ouvre ce vendredi à Genève. D'une part la terminologie du mot «festival». Maintenant, il suffit d'organiser deux-trois jours de projection pour appeler ça festival. Alors qu'il s'agit en fait de rencontres, de journées thématiques qui n'ont pas la fonction généraliste d'un festival. Et d'autre part, il y a ceux qui n'ont aucun scrupule à piquer les films des autres.»

Et Léo Kaneman de revendiquer une charte de bonne conduite. Pourquoi pas? D'autant que de nombreuses manifestations ont des terrains communs. Black Movie avec le Festival de Fribourg et celui, fantastique, de Neuchâtel (en juillet). Fribourg avec les Droits humains. Tous deux avec Visions du réel (en avril). Et voilà même Fribourg qui présente cette année des séries télé, apanage de Cinéma Tous Ecrans (en novembre). «Mais c'est juste un «one shot», sourit Anne Delseth, coordina­trice de ce programme. On ne peut pas nier que ce phénomène prend de l'ampleur. Et question programmation, on collabore maintenant en bonne intelligence avec Black Movie et les Droits humains.» Tout pour avoir chacun ses inédits et proposer une offre vaste, variée et non répétitive.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!