29.04.2019 à 08:44

FribourgAu bout de la nuit avec leur petit bolide à hydrogène

Huit apprentis de l'École des métiers de Fribourg vont participer les 10 et 11 mai à une réplique miniature des 24 Heures du Mans.

von
Pierre Thaulaz
Loïc Jeckelmann récupère des pièces de rechange sur un prototype.

Loïc Jeckelmann récupère des pièces de rechange sur un prototype.

pth

Organisées par le Lycée technique Saint-Joseph, à Boulogne (F), les 24 Heures de Saint-Jo sont réservées à des voitures radiocommandées à l'échelle 1/10. Parmi les 20 équipes au départ de cette épreuve internationale, le Team dZodZet de l'École des métiers de Fribourg. Comme leurs adversaires, ces apprentis de 4e année ont conçu leur bolide hybride de A à Z. Outre la batterie lithium, un tiers de l'énergie est fournie par une pile à combustible.

«On partira avec plusieurs sticks d'hydrogène préchargés qui vont nous permettre de tenir toute la durée de course», précise la doyenne Estelle Leyrolles, responsable de la section industrie de l'école et initiatrice de ce défi réunissant futurs automaticiens, électroniciens et polymécaniciens: «Le but est qu'ils se comprennent et découvrent un autre métier, en définissant un langage commun.»

Approche interdisciplinaire

Du proto au modèle avec châssis carbone, il se sera écoulé une douzaine de mois. La partie mécanique a été fabriquée par les apprentis, comme la télémétrie et les éclairages. La croix suisse en LED ornant le toit de l'Audi RS 5 permettra aux élèves pilotes de mieux repérer leur bolide lorsque les organisateurs tamiseront la halle. Car même si la course se dispute à l'intérieur, l'objectif est de recréer l'ambiance des «vraies» 24 Heures. «Le départ sera donné à midi. Après une pause sur le coup de 20 h, on passera en mode «course de nuit». On prendra des matelas pour que les étudiants puissent dormir sur le stand», précise Estelle Leyrolles.

Version fribourgeoise l'année prochaine

Une course de 6 heures du même type que celle de Saint-Jo, mais mettant aux prises uniquement des voitures à pile à combustible, est prévue le 25 avril 2020 sur le site de BlueFactory, à Fribourg. «On travaille sur ce projet en collaboration avec la Chambre de commerce, souligne Estelle Leyrolles. On souhaite aussi créer un village technique afin que les industriels en lien avec le développement durable puissent venir présenter leurs produits.»

Tous sur le pont

Carlos Arquès, le chef d'équipe: «L'autonomie du véhicule est de 50 min. Il faut compter en moyenne 5 min pour changer les sticks d'hydrogène et la batterie. On va encore s'entraîner pour accélérer les ravitaillements.»

Loïc Jeckelmann dépiaute méticuleusement un proto, récupérant des pièces de rechange qui s'avéreront précieuses à l'heure de la course.

Olivia Steffen (photo) se sent moins à l'aise au «volant» d'un modèle réduit: «Les relais sont de 30 min, mais après 15 min on perd en concentration.» Mais l'important est ailleurs pour l'automaticienne: «C'est sympa de faire un projet en collaboration avec les autres corps de métier de l'école. On construit notre voiture, on fait une course et c'est là qu'on verra si on a bien travaillé ou pas.»

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!