Mondial 2014: Au Brésil, buvez la bière «stupidement glacée»
Actualisé

Mondial 2014Au Brésil, buvez la bière «stupidement glacée»

Le foot (77%) et la bière (35%) sont les deux plus grandes passions des Brésiliens selon un sondage récemment publié. Les habitants dégustent même de la glace à la bière !

Les Brésiliens sont particulièrement friands de bière fraîche.

Les Brésiliens sont particulièrement friands de bière fraîche.

Midi, 30°C, le soleil lèche le célèbre bord de mer de Copacabana, mais la vénération pour la bière est telle au pays du «futebol» qu'elle arrivera toujours «stupidement glacée», comme disent les Brésiliens.

A deux semaines du Mondial 2014, les brasseurs se frottent les mains. La Coupe du monde devrait faire exploser la consommation de houblon des Brésiliens, auxquels doivent se joindre quelque 600'000 touristes étrangers.

Beaucoup de Brésiliens n'ont pas digéré la décision du gouvernement de Dilma Rousseff d'augmenter les impôts sur la populaire mousse, annoncée à 70 jours du tournoi. La présidente a dû mettre de l'eau dans sa bière en mai: la hausse du prix de la canette n'interviendra finalement qu'après la Coupe.

Exception à la règle

Au Brésil, troisième producteur mondial de cette boisson, une bière sur quatre est associée au foot, selon une étude de la Fondation Getulio Vargas, une prestigieuse université privée.

La vente d'alcool dans les stades y avait pourtant été interdite il y a quelques années afin d'essayer d'endiguer la violence des supporteurs.

Mais la Fédération internationale de football (Fifa) a obtenu de haute lutte du gouvernement une exception à la règle durant le tournoi, ce qui n'a pas manqué de générer une grande polémique.

Il s'agissait pour elle de respecter son contrat multimillionnaire de sponsoring avec Budweiser (propriété d'Ab InBev, née de la fusion d'Ambev et du belge Interbrew). Seules la fameuse «Bud», et sa cousine brésilienne Brahma, pourront être vendues dans les stades du Mondial.

Football endetté

Ambev, qui possède 70% des parts du marché national, compte profiter de la compétition pour développer le très endetté football brésilien, à travers le sponsoring de plus de 30 clubs et un plan pour augmenter le nombre de «socios» (supporteurs actionnaires).

Le Brésil est le seul pays à avoir remporté cinq Coupes du monde. Mais la plupart de ses clubs restent gérés comme au XIXe siècle, affichent d'énormes dettes et comptent peu de socios.

Fans actionnaires

«Le Brésil fait partie des plus grandes économies du monde, sa sélection est l'une des meilleures, mais pas son championnat, il n'a pas de football local fort comme l'Espagne ou l'Italie», explique Marcel Marcondes, responsable du marketing chez Ambev.

Cette entreprise veut aider les clubs à avoir plus de supporters actionnaires pour qu'ils augmentent ainsi leurs recettes de billetterie et puissent alors investir davantage et acheter de meilleurs joueurs. (afp)

Ton opinion