Actualisé 20.02.2008 à 10:51

Au CHUV, le test rapide du sida a provoqué des frayeurs

L'hôpital a connu des problèmes avec son test rapide. Plusieurs patients ont dû effectuer un second examen.

Le test rapide de dépistage du sida existe déjà dans de nombreux cantons. Mais au CHUV, à Lausanne, comme le révèle ce matin «24 Heures», son introduction s'est faite dans la douleur. Depuis le mois d'octobre en effet, une dizaine de personnes ont connu une grosse frayeur. Le résultat de leur test rapide s'est montré incertain. Elles ont donc dû se soumettre à la procédure normalement appliquée après un résultat positif, plus longue cette fois-ci.

Du côté de l'hôpital, on tient avant tout à rassurer, comme l'explique Patrick Bodenmann, responsable de la consultation HIV : «Les résultats n'ont jamais été faux, il faut le dire très clairement. C'est leur lecture qui a posé problème et qui était incertaine. C'est pour ça que nous avons arrêté de travailler avec ce produit.»

Aujourd'hui, tout semble être rentré dans l'ordre. Un nouveau test rapide a été introduit, avec succès.

Pas de test sans rendez-vous

Les professionnels de la prévention sont unanimes à reconnaître l'importance des tests rapides, et jusqu'à ce jour, aucune erreur n'a été constatée.

Ce qui pose davantage problème, en revanche, ce sont les délais d'attente pour les consultations, parfois jusqu'à un mois.

L'Office fédéral de la santé publique (OFSP) est ainsi favorable à des centres de tests anonymes, où l'on peut faire un dépistage sans rendez-vous, comme à Zurich, par exemple.

Dans le canton de Vaud, ces tests ne sont toujours pas à l'ordre du jour.

(tdel)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!