Drame à la parade de Noël - Au courant de rien, il a accueilli le meurtrier à bras ouverts
Publié

Drame à la parade de NoëlAu courant de rien, il a accueilli le meurtrier à bras ouverts

Après avoir semé la mort à bord de son SUV lors d’un défilé festif à Waukesha, Darrell Brooks s’est réfugié chez un habitant qui ne se doutait de rien.

Daniel Rider était en train de regarder un match de football à la télévision quand un inconnu a toqué à sa porte, dimanche à Waukesha (Wisconsin). Ignorant tout du drame qui venait de se dérouler au centre-ville, l’habitant s’est retrouvé face à un individu «maigre, qui semblait avoir froid». Il s’est alors souvenu de ce que lui répétait souvent sa mère à propos des personnes dans le besoin. «Je me suis dit que c’était une opportunité pour moi d’aider quelqu’un. Je voulais le réchauffer et lui donner de la nourriture», explique l’Américain à CBS News.

Persuadé de faire une bonne action, Daniel Rider a laissé entrer chez lui Darrell Brooks, qui venait de tuer plusieurs personnes et d’en blesser des dizaines. Après avoir installé son invité sur le canapé, l’habitant lui a prêté une jaquette, son téléphone et lui a préparé un sandwich. Selon Daniel Rider, le visiteur a appelé plusieurs fois sa mère tout en attendant qu’un Uber vienne le chercher. «Il était très poli. Il était gentil avec moi. Il écoutait tout ce que je lui disais de faire», se souvient l’Américain.

Le jeune homme pensait agir en bon citoyen.

Le jeune homme pensait agir en bon citoyen.

CBS News

Le comble, c’est que Darrell Brooks a innocemment demandé à son hôte s’il savait ce qui s’était passé en ville. Daniel Rider ayant prêté son téléphone à son invité surprise, il ne voyait pas les alertes qui apparaissaient en rafale sur son écran. Dix minutes après l’arrivée de Brooks chez lui, le bon samaritain a commencé à stresser en voyant une voiture de police aller et venir dans les alentours. Sentant que quelque chose clochait, l’homme a fini par demander au visiteur de s’en aller.

L’auteur de la tuerie a été arrêté peu après, comme le montrent des images tirées de la caméra de surveillance de Daniel Rider. Une minute après l’arrestation du trentenaire, son Uber arrivait sur les lieux. L’habitant, lui, se remet doucement de ses émotions: «Maintenant, en sachant ce qu’il avait fait juste avant, j’ai de la peine à réaliser.»

(joc)

Ton opinion