«Apocalypto»: Au crépuscule de l'Empire maya
Actualisé

«Apocalypto»Au crépuscule de l'Empire maya

DRAME HISTORIQUE – Trois ans après sa «Passion du Christ», Mel Gibson plonge dans la civilisation maya. Avec une violence parfois proche de la complaisance.

Oubliez la bande-annonce qui promet un beau film familial sur le Nouveau-Monde avec de beaux paysages et des Mayas sympas. «Apocalypto», interprété en langue maya, se penche avant tout sur la barbarie d'une civilisation portée sur les sacrifices humains et la difficulté des populations vivant dans les forêts à survivre libres et heureuses.

Comme dans «Braveheart», l'histoire est celle d'un jeune père porteur de grandes espérances, chef de son petit village, qui va se battre pour sauver sa famille. Patte-de-Jaguar vit en effet une existence idyllique brusquement perturbée par une violente invasion, «violente» étant ici un euphémisme. Capturé, il est destiné à être offert en sacrifice aux dieux de la cité maya. Il découvre alors un monde régi par la peur et l'oppression, où le sacrifice reste cependant salvateur au profit d'une collectivité aliénée.

Si «Apocalypto» risque moins de remous que «La Passion du Christ», il ne manquera pas d'en choquer plus d'un. La violence des images frôle parfois l'obsession complaisante et met purement et simplement le nez de l'humanité dans ses excréments. Mel Gibson est là pour nous le dire, au cas où on l'aurait oublié: que ce soient les chrétiens, les Mayas ou encore les Ecossais au XIIIe siècle, l'homme est asservi à une terre, à un dieu, à un peuple, et surtout à la barbarie.

Mel Gibson réserve même une petite surprise à la fin, qui évite de justesse le cliché hollywoodien grandeur nature. Ouf, le film est sauvé et reste intéressant.

Pour l'instant, les spectateurs américains hésitent entre pour et contre. Certains assisteraient même aux séances munis d'un billet acheté pour un autre film, histoire de ne pas donner d'argent. C'est aller loin. Le propos d'«Apocalypto» a beau être simple, ce qui vient de Gibson ne l'est jamais totalement.

Elsa Duperray

Apocalypto - Bande Annonceenvoyé par yom_

Apocalypto

De Mel Gibson, avec Rudy Youngblood, Raoul Trujillo

Ton opinion