Bâle: «Au début, j'ai cru à une mauvaise blague»
Publié

Bâle«Au début, j'ai cru à une mauvaise blague»

Une entreprise s'appelant Anti-black a vendu des produits de nettoyage à la Foire d'automne de Bâle. Une lectrice originaire des Caraïbes se dit choquée.

par
lb/ofu
1 / 2
Une lectrice (photo) n'a pas apprécié le nom choisi par une entreprise vendant des produits de nettoyage.

Une lectrice (photo) n'a pas apprécié le nom choisi par une entreprise vendant des produits de nettoyage.

Lecteur reporter
anti-black.ch

«Au début, j'ai rigolé. J'ai cru à une mauvaise blague», raconte lundi une lectrice à nos confrères de «20 Minuten». La Bâloise se baladait récemment à la Foire d'automne quand son regard a été attiré par une entreprise vendant des nettoyants pour textiles.

«Je me sens légèrement blessée»

La firme, dont le produit phare est un savon au fiel de boeuf, s'appelle Anti-black. «Je n'arrive pas à croire que des gens ont opté pour ce genre de nom sans visiblement éprouver le moindre remords», dénonce l'Alémanique à la peau foncée, originaire des Caraïbes. «Je me sens légèrement blessée.»

«La saleté est noire et non pas blanche»

Contactée, la directrice d'Anti-black affirme: «Jusqu'à présent, aucun de nos clients, même ceux de longue date, n'a fait d'allusion à notre nom. C'est pourquoi nous n'avons pas de raison de le changer.» Elle explique que c'est son père qui a eu l'idée d'appeler sa boîte Anti-black, il y a plus de quarante ans. «Nous vendons des produits de nettoyage et ce nom est censé illustrer que nos produits fonctionnent bien pour éliminer la saleté. Et ma foi, la saleté est noire et non pas blanche.»

Ton opinion