Irak: Au moins 102 morts dans six attentats

Actualisé

IrakAu moins 102 morts dans six attentats

L'Irak a connu lundi sa journée la plus sanglante depuis le début de l'année.

Le bilan des attentats ne cesse de s'alourdir.

Le bilan des attentats ne cesse de s'alourdir.

L'Irak a connu lundi sa journée la plus sanglante depuis le début de l'année. Au moins 102 personnes ont été tuées alors que plus de 340 ont été blessées dans des attentats contre des ouvriers d'une usine et les forces de sécurité.

Ces violences surviennent alors que le pays est toujours sans nouveau gouvernement plus de deux mois après les élections législatives du 7 mars, et trois semaines après la mort des deux principaux chefs de la branche irakienne d'Al-Qaïda tués dans une opération conjointe irako-américaine.

Les attentats les plus sanglants ont frappé Hilla, à 95 km au sud de Bagdad. Deux voitures piégées garées dans le parking d'une usine de textile ont explosé à la sortie d'usine des employés.

Quand les policiers et les ambulanciers sont arrivés sur les lieux, un kamikaze s'est lancé sur la foule et les secouristes, dans une tactique utilisée fréquemment pour faire le plus de victimes possible. Au moins 50 personnes ont été tuées et plus de 155 blessées dans cette triple attaque, selon l'hôpital d'Hilla.

«Nous avons reçu des informations sur la présence de voitures piégées à Hilla et sommes partis à leur recherche», a affirmé un officier de police de la ville sous couvert de l'anonymat. «Nous nous sommes rendus à l'usine et avons vu beaucoup de dégâts, des corps et des personnes ensanglantées», a-t-il ajouté.

Opérations coordonnées

Quelques heures plus tôt, une bombe a explosé près d'une mosquée chiite dans la ville de Souwayra, à 60 km au sud de Bagdad. Des passants ont accouru pour secourir les premières victimes quand une voiture piégée a explosé sur les lieux. Onze personnes ont été tuées et 70 blessées, selon une source policière.

A Bagdad, des tirs et des attentats à la bombe ont visé pendant une heure et demie le matin des points de contrôle militaires faisant neuf morts et 28 blessés, en majorité des membres des forces de sécurité, a indiqué le ministère de l'Intérieur.

«Il s'agit d'opérations coordonnées qui font partie des actions terroristes auxquelles doivent faire face quotidiennement les forces de sécurité», a dit le porte-parole du commandement militaire de Bagdad, Qassem Atta, en commentant les attaques à Bagdad.

Selon lui, les assaillants étaient déguisés en ouvriers municipaux de la voirie. Plus de 11'500 policiers et militaires ont été tués depuis l'invasion de l'Irak conduite par les Etats-Unis en 2003.

Un maire visé

Parmi les autres victimes de cette journée sanglante, figurent un civil et trois gardes du corps du maire de la ville de Tarmiya (45 km au nord de Bagdad), Mohammed Jassem al Mashhadani, dont le convoi a été visé par une bombe. Le maire a été blessé dans l'attaque avec quinze autres personnes.

A Fallouja, un ancien bastion d'Al-Qaïda à l'ouest de Bagdad, quatre personnes, dont deux policiers, ont été tuées dans des attentats contre des maisons de membres des forces de sécurité.

Dans le sud, à Bassora, vingt personnes ont été tuées et une septantaine blessées dans trois attaques à la voiture piégée sur deux marchés fréquentés de cette ville portuaire. D'autres attentats ont fait plusieurs morts dans la province d'Anbar, à l'ouest de la capitale, et dans la ville de Mossoul, dans le nord du pays, où deux combattants kurdes ont péri.

Il s'agit des attaques les plus sanglantes en Irak depuis le 8 décembre quand au moins 127 personnes ont été tuées dans cinq attentats à Bagdad.

En avril, les autorités irakiennes et américaines avaient infligé un coup dur à Al-Qaïda en Irak après la mort des principaux chefs du groupe Abou Omar al-Bagdadi et Abou Ayyoub al-Masri. (ats)

Ton opinion