Actualisé 13.10.2012 à 11:35

SyrieAu moins 33'000 morts depuis le début du conflit

Le conflit en Syrie a fait au moins 33'000 morts en près de 19 mois, selon une ONG. Sur le terrain, l'aviation de Bachar al-Assad bombarde des rebelles à l'assaut d'une base clé.

Les violences à travers la Syrie ont fait au moins 33'000 morts, en majorité des civils, depuis le début mi-mars 2011 du soulèvement contre le régime, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH). Signe de l'intensification des violences, environ 1000 personnes ont péri au cours des cinq derniers jours seulement, a précisé cette organisation basée en Grande-Bretagne, qui s'appuie sur un large réseau de militants, avocats et médecins sur le terrain.

«Au moins 23'630 civils (armés et non armés), 8211 soldats et 1241 déserteurs ont été tués dans les violences en Syrie» entre la mi-mars 2011 et le 12 octobre 2012, a déclaré à l'AFP le président de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane. «Il n'y a pas de mots pour décrire ce qui se passe, c'est une guerre ouverte», a-t-il ajouté.

La journée la plus sanglante depuis le début du conflit remonte au 26 septembre, avec 306 personnes mortes recensées. Ces deux derniers jours, l'armée syrienne a subi des pertes considérables, avec en particulier la mort d'une centaine de soldats jeudi, le bilan le plus lourd pour l'armée en une journée depuis le début de la révolte.

L'OSDH, basé en Grande-Bretagne, compte comme civils ceux ayant pris les armes contre le régime du président Bachar al-Assad. Mais ses bilans ne comprennent pas les très nombreuses victimes non identifiées, pas plus que les milliers de personnes disparues en détention ni la plupart des tués parmi les «chabbiha» (miliciens pro-régime). Selon l'OSDH, le véritable bilan des morts est donc encore plus lourd, le régime comme les rebelles ne révélant pas le nombre réel de tués dans leurs rangs.

L'aviation bombarde des rebelles à l'assaut d'une base clé

Des avions militaires syriens bombardaient samedi matin des rebelles qui attaquaient une base stratégique dans la province d'Idleb, dans le nord-ouest de la Syrie, a rapporté l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH). Cette ONG a fait état de 20 blessés parmi les insurgés.

«Les rebelles tentaient une nouvelle fois de prendre d'assaut la base de Wadi Deif, près du village de Maarchamsa, quand ils ont été bombardés par un MiG du régime», a affirmé à l'AFP Rami Abdel Rahmane, président de l'OSDH.

«Plus de 20 blessés, dont trois graves, ont été transportés dans un hôpital de fortune», a-t-il précisé.

La base de Wadi Deif est la plus importante de l'armée dans la région de Maaret al-Noomane, ville stratégique au sud d'Alep tombée en début de semaine aux mains des rebelles.

Bilan lourd pour l'armée

Avec cette victoire, les rebelles sont parvenus à couper l'axe reliant Damas à Alep, empêchant ainsi l'acheminement de renforts de l'armée vers la métropole du Nord, théâtre depuis mi-juillet d'une bataille cruciale entre rebelles et troupes du régime.

Selon les experts, l'armée syrienne est affaiblie par la multiplication des fronts à travers le pays et les attaques des insurgés qui coupent les routes d'approvisionnement. D'après eux, la supériorité militaire et notamment aérienne de l'armée régulière lui permet de ralentir la progression de la rébellion mais pas de l'écraser. (ats/afp)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!