Balkans: Au moins 44 morts dans les intempéries
Actualisé

BalkansAu moins 44 morts dans les intempéries

Ce sont les pires intempéries en Bosnie, Serbie et Croatie voisine depuis plus d'un siècle. Le bilan actuel risque de s'alourdir après le retrait des eaux des villes et régions inondées.

par
lgü

La Bosnie et la Serbie poursuivaient dimanche la lutte contre les inondations. Les pires intempéries depuis 120 ans ont fait jusqu'à maintenant au moins 44 tués et provoqué l'évacuation de plusieurs dizaines de milliers de personnes.

«A Obrenovac, nous avons découverts douze corps,» a dit le premier ministre serbe Aleksandar Vucic, précisant que le bilan dans son pays montait à seize tués. «Nous sommes parvenus à éviter une catastrophe encore plus grave grâce à la bonne organisation», a-t-il ajouté.

Au moins 20 tués à Doboj

En Bosnie, dans la seule ville de Doboj (nord), au moins vingt personnes ont péri, selon son maire Obren Petrovic. Les autorités de ce pays ont fait état d'au moins 27 tués. «La Bosnie compte les victimes du déluge», titrait dimanche le grand quotidien «Dnevni Avaz».

Les inondations ont fait par ailleurs un tué dans le sud-est de la Pologne.

La situation reste très critique le long de la Sava qui longe la Bosnie au nord et traverse la Serbie à l'est de Belgrade, où elle se jette dans le Danube.

En Bosnie, les villes de Samac, entièrement submergée par les eaux, et Bijeljina, ainsi que leur région sont les plus touchées.

Plusieurs bateaux

Environ 10 000 personnes ont elles été évacuées dans cette zone et des milliers d'autres dans d'autres régions du pays, selon les médias locaux. Les opérations d'évacuation par bateaux pneumatiques et hélicoptères se poursuivent.

A Samac, des centaines de personnes lancaient des appels au secours et attendaient l'évacuation.

«Dès l'aube, nous avons dépêché des équipes de sauveteurs dans une zone de la ville où l'on ne pouvait pas accéder jusqu'à maintenant. Il y a des malades qui attendent. On entre en ville avec anxiété, par peur de ce qu'on pourrait y découvrir», a dit le maire de cette ville, Samo Minic.

Dans la région de Banja Luka, des centaines de cadavres d'animaux domestiques noyés ont été retrouvés après le retrait des eaux.

Coupures d'électricité

Des dizaines de bourgades ont été dévastées par des glissements de terrain notamment dans les alentours de Zenica, où plus de 3000 personnes ont été évacuées et 2000 attendent toujours les secours.

En Serbie, environ 20 000 personnes ont été évacuées de plusieurs villes, notamment à Obrenovac, près de Belgrade.

Des milliers de volontaires n'ont cessé toute la nuit de renforcer les digues à Belgrade avec des sacs de sables. Le maire de la capitale, Sinisa Mali, a assuré que «Belgrade est prête pour la vague» qui s'y rapprochait.

Plus de 100 000 foyers étaient toujours privés d'électricité dans les deux pays. Aleksandar Vucic a lui déclaré qu'un incendie et des inondations à la centrale de Kolubara, au sud-ouest de Belgrade, avaient provoqué au moins 100 millions d'euros de dégâts au total.

Appel lancé par le pape

Le pape François a demandé à la foule rassemblée dimanche sur la place Saint-Pierre de Rome de «prier» avec lui pour les victimes des «graves inondations» des Balkans, assurant aussi leurs familles de son «soutien».

Des milliers de personnes vivant dans les zones qui n'ont pas été touchées par les intempéries sont allées prêter main forte à leurs compatriotes. Des tonnes de vivres ont été stockées et transportées vers les zones sinistrés.

En Bosnie, pays ethniquement divisé depuis la guerre meurtrière des années 1990, des musulmans sont allés aider les sinistrés dans les régions serbes. A leur tour, des musulmans sinistrés de la région de Zenica ont été accueillis dans des écoles de Zepce, une localité croate.

Pays européens et Russie

Des dizaines d'équipes de secouristes dépêchés par des pays européens et la Russie sont arrivés sur place également, ainsi que des camions transportant des médicaments et des vivres.

En Croatie, en amont de la Sava, un millier de personnes ont été évacuées à Gunja et Pozega (est) à des endroits où la rivière a quitté son lit. Une personne a été tuée. (lgü/ats)

Ton opinion