Actualisé 15.06.2010 à 14:26

Bangladesh

Au moins 53 morts dans des inondations

Au moins cinquante-trois personnes sont mortes au Bangladesh après de fortes précipitations qui ont provoqué inondations et glissements de terrain.

Des glissements de terrain, provoqués par des inondations, ont semé la mort derrière eux.

Des glissements de terrain, provoqués par des inondations, ont semé la mort derrière eux.

Selon le centre national de vigilance météorologique, la majeure partie du sud-est du Bangladesh a subi de fortes précipitations au cours des dernières 24 heures, avec par endroits jusqu'à 24,2 cm d'eau.

«Nous avons retrouvé jusqu'à présent 48 corps, dont six soldats dans la région de Cox's Bazaar», a déclaré à l'AFP le chef de la police locale, Nibhas Chandra Majhi. Cinq autres corps ont été découverts dans le district voisin de Bandarban Hill.

La plupart des victimes ont été emportées par les inondations provoquées par la crue subite de rivières ou ensevelies par les glissements de terrain dus aux plus importantes précipitations depuis les dix dernières années, selon M. Majhi.

20'000 personnes piégées

«Au moins 20.000 personnes ont été piégées par la montée des eaux. Nous ne pouvons pas les atteindre parce que les routes sont inondées ou bloquées par de la boue», a-t-il poursuivi.

L'une des zones les plus affectées, Teknaf, est située à la frontière de la Birmanie, là où vivent des dizaines de milliers de réfugiés de la minorité ethnique birmane de confession musulmane, les Rohingyas. Au moins 34 personnes sont mortes et les équipes de secours craignent que le bilan ne s'alourdisse.

Environ 15'000 réfugiés Rohingya qui vivent dans des camps de fortune sur les collines autour de Teknaf ont aussi été touchés par les inondations, selon les autorités locales.

«Je n'ai jamais vu quelque chose comme ça. De l'eau arrivait de partout, des centaines de cabanes en bambou ont été emportées par les précipitations», a déclaré à l'AFP Mojibur Rahman, un Rohingya qui vit dans un camp officiel de réfugiés.

Les Rohingyas sont décrits par les Nations unies comme l'une des minorités ethniques les plus persécutées au monde. En Birmanie où ils sont environ 700'000, ils sont en butte à des persécutions et des discriminations et les autorités leur refusent la nationalité birmane.

Le Bangladesh a jusqu'ici accordé le statut de réfugié à 28'000 Rohingyas qui vivent dans des camps supervisés par les Nations unies à Kutupalong mais ce chiffre n'est qu'une fraction des 200'000 à 300'000 réfugiés illégaux, selon les estimations du gouvernement.

Nouvelles précipitations

Les services météorologiques ont annoncé de nouvelles précipitations dans ces régions en raison d'une forte dépression située dans le golfe du Bengale.

Les glissements de terrain sont fréquents dans les régions vallonnées mais déboisées du sud-est du Bangladesh, où vivent des milliers de familles pauvres en dépit des avertissements des autorités liés au risque de catastrophes naturelles. Le pays, qui compte plus de 200 rivières souvent sujettes à des crues, est l'un des plus peuplés de la planète, avec environ 1000 habitants au km2.

(ats/afp)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!