Russie: Au moins 56 morts dans le naufrage d'un chalutier
Actualisé

RussieAu moins 56 morts dans le naufrage d'un chalutier

Un navire russe aurait percuté un bloc de glace, avant de couler au large de l'Extrême-Orient russe, près de la péninsule de Kamtchatka.

Au moins 56 personnes sont mortes lors du naufrage d'un chalutier transportant 132 personnes. Le capitaine et son adjoint ont péri. Le drame est survenu tôt jeudi matin dans les eaux glaciales de la mer d'Okhotsk. Il y avait 63 rescapés en fin de journée.

La tragédie a déclenché des opérations de secours d'une ampleur inédite. Environ 1300 personnes, 26 navires et un hélicoptère ont permis de sauver 63 marins. Selon les enquêteurs, une possible collision avec un obstacle aurait endommagé la coque du «Dalni Vostok» près de la salle des machines. Le naufrage a été rapide.

Selon le gouverneur de la région de Sakhaline, il n'a fallu qu'une demi-heure pour que le bateau coule. «L'enquête prévoit d'interroger les membres de l'équipage et la direction de la compagnie», ont-ils ajouté. Le chalutier-congélateur, vieux de 26 ans, partait souvent pêcher pour plusieurs mois sans revenir à terre.

«Ce type de navire est très fiable et robuste. Qu'il ait coulé uniquement à cause d'une collision avec la banquise ou parce qu'il était en surcharge me paraît improbable», a affirmé à l'agence RIA Novosti Piotr Ossitchanski, directeur du Centre d'enquête des accidents maritimes, qui privilégie une combinaison de plusieurs facteurs.

Plusieurs hypothèses

Un responsable régional cité par l'agence Tass a émis une autre hypothèse, celle d'un dépassement par l'équipage des capacités de chalutage du navire. Ce qui violerait les règles de sécurité.

«D'après les premières informations, le naufrage s'est produit alors que le navire tirait un filet de 100 tonnes», a déclaré Sergueï Khabarov, vice-président de l'oblast (région) du Kamtchatka. Le ministre russe des Situations d'urgences, Vladimir Poutchkov, a indiqué que les enquêteurs travaillaient sur une dizaine de causes possibles à l'origine de l'accident.

Plus de 60 rescapés

Parmi les 63 rescapés, «neuf personnes sont dans un état critique, d'autres sont inconscients et certains sont en état de choc», a indiqué Tatiana Ioukhmanova. Cette dernière est porte-parole au ministère des Situations d'urgence de la région de Kamtchatka, au large de laquelle s'est échoué le chalutier.

«Bien qu'ils portaient des combinaisons, ils souffrent d'hypothermie car la température de l'eau est d'environ zéro degré Celsius», a-t-elle précisé.

Immense zone de recherches

Les neufs marins en état critique ne pourront pas être évacués avant vendredi vers Magadan. Cette ville située à 250 kilomètres au nord du lieu de naufrage est la principale agglomération de cette région peu peuplée, ont précisé les autorités.

Deux canots de sauvetage ont été retrouvés à 105 kilomètres du lieu de naufrage, mais les autorités n'ont pu s'assurer de la présence de survivants à bord, selon l'agence de presse russe TASS. La zone de recherches s'étend désormais sur 8500 kilomètres carrés.

Peu d'espoir

Treize marins restent portés disparus plus de treize heures après le naufrage du «Dalni Vostok». Le drame est survenu peu avant 06h30 locales (22h30 en Suisse mercredi). La température de l'eau, glaciale, laisse peu d'espoir de retrouver des survivants.

Ce navire-usine de 5700 tonnes et long de 104 mètres battait pavillon russe. Il était exploité par la compagnie Magellan LLC et basé à Nevelsk, une ville portuaire de l'île Sakhaline,

Poutine tenu informé

Le bâtiment transportait 78 Russes, 42 Birmans, 5 Vanuatais, 4 Ukrainiens et 3 Lettons d'après les enquêteurs russes. Il avait quitté le port de Vladivostok, dans l'Extrême-Orient russe le 3 janvier, a indiqué le Comité d'enquête russe. (ats/afp)

Ton opinion