Attentats: Au moins 76 morts et 300 blessés en Inde, selon un nouveau bilan
Actualisé

AttentatsAu moins 76 morts et 300 blessés en Inde, selon un nouveau bilan

Au moins 76 personnes ont été tuées jeudi dans douze attentats presque simultanés dans plusieurs départements de l'Etat indien de l'Assam (nord-est), selon un nouveau bilan diffusé vendredi.

Une dizaine de personnes sont interrogées. Le précédent bilan dressé jeudi soir faisait état de 61 morts et 300 blessés, mais «quinze personnes ont succombé à leurs blessures dans la nuit et ce matin, ce qui porte à 76 le nombre de morts», a indiqué Subhas Das, du ministère de l'Intérieur de l'Assam.

Jeudi à l'heure du déjeuner, 12 bombes ont fait un carnage en l'espace d'une heure dans la ville principale de l'Assam, Guwahati, cible de six engins explosifs qui ont tué 43 personnes. Trois autres départements de cet Etat reculé ont également été visés, avec une trentaine de morts.

Guérilla séparatiste soupçonnée

Les autorités locales n'ont reçu aucune revendication. Mais elles soupçonnent la guérilla du Front de libération de l'Asom (ULFA), en lutte armée depuis 1979 pour l'indépendance de l'Assam, peut-être épaulée par des islamistes venus du Bangladesh voisin.

«Des forces jihadistes pourraient être derrière tout cela en coopération avec des rebelles locaux», avait déclaré jeudi soir à l'AFP le chef des services de renseignement de l'Assam, Khagen Sharmna.

De fait, des groupuscules musulmans fondamentalistes ont été repérés dans l'Assam, en particulier le Harkat-ul-Jihad-al-Islami (HuJI) basé au Bangladesh.

Enquête difficile

Plus prudent, le Premier ministre fédéral Manmohan Singh a certes fustigé «un acte terroriste barbare et lâche», mais s'est bien gardé d'accuser quiconque. D'autant que l'ULFA avait vite affirmé jeudi n'être «en aucune manière impliqué dans ces explosions».

Vendredi, la police commençait sa difficile en enquête en interrogeant une dizaine de personnes. «Nous devrions être en mesure d'identifier les gens ou les groupes impliqués dans cette série d'attentats», a indiqué un responsable officiel, sous le couvert de l'anonymat.

(ats)

Ton opinion