Référendum au Soudan: Au moins neuf morts avant le vote
Actualisé

Référendum au SoudanAu moins neuf morts avant le vote

En dépit de deux attaques, la plupart des responsables estiment que la consultation électorale, qui doit s'étendre sur une semaine, se déroulera dans le calme.

Deux affrontements entre groupes rebelles et forces armées du Sud-Soudan ont fait au moins neuf morts, ont annoncé samedi de hauts responsables militaires, disant craindre que les rebelles ne cherchent à décourager les électeurs, à la veille du référendum d'autodétermination qui devrait aboutir à la scission du plus grand pays d'Afrique.

Six rebelles tués

Selon le colonel Philip Aguer, porte-parole de l'APLS, des hommes fidèles au chef rebelle Gatluak Gai ont attaqué des membres de l'Armée populaire de libération du Soudan (APLS) au cours de la nuit de vendredi à samedi dans l'Etat de l'Unité, région riche en pétrole en lisière du Nord. Six rebelles ont été tués dans l'échange.

Dans le même temps, dans le Jonglei, un autre affrontement a opposé l'APLS et la milice de David Yauyau, tuant en outre un civil.

Veille du référendum

A compter de dimanche, près de quatre millions d'électeurs sont appelés aux urnes pour une semaine au Sud-Soudan, dans le cadre d'un référendum d'autodétermination qui devrait aboutir à la scission du plus vaste pays d'Afrique.

«Pourquoi maintenant?» a fait mine de s'interroger le général Acuil Tito Madut, inspecteur général de la police du Sud. «S'il commence à y avoir des affrontements dans ces Etats, cela signifiera que des gens n'iront pas voter, et si les gens ne votent pas cela voudra dire que le pourcentage requis n'est pas atteint».

Pour que le scrutin soit validé, le taux de participation dans cet immense Sud-Soudan, grand comme la France, doit atteindre les 60% des inscrits. (ap)

Ton opinion