Crime de «lèse-président»: Au poste de police pour des miettes de pain
Actualisé

Crime de «lèse-président»Au poste de police pour des miettes de pain

Un agriculteur retraité français est poursuivi pour offense au chef de l'État pour avoir envoyé par courrier quelques miettes de pain à François Hollande.

par
MC/L'essentiel Online

Le président des anciens exploitants de l'Aisne ne pensait sûrement pas que son courrier le mènerait jusqu'au poste de police! Pour alerter le président de la République sur la précarité des agriculteurs retraités, lui et ses collègues ont envoyé quelque 500 lettres remplies de miettes de pain entre le 5 et le 15 novembre, «pour dire 'ne laissez pas des miettes aux anciens exploitants'», raconte Henri Carton dans les colonnes de «L'Union». «Nous cherchions une idée pour nous faire de la pub à propos du revenu des retraités de l'agriculture. Cette histoire fait beaucoup de bruit. Nous ne pensions jamais parvenir à ce résultat».

L'Élysée a en effet porté plainte auprès du parquet de Paris pour offense au chef de l'État et Henri Carton a été entendu lundi au commissariat de police de Laon. Et d'autres de ses camarades devraient prendre le même chemin.

L'histoire ne devrait toutefois pas aller beaucoup plus loin: le policier qui a reçu l'ancien agriculteur de 73 ans lui a indiqué qu'avec un bon avocat, aucune mise en examen ne devrait être ordonnée.

Ton opinion