France: Au procès du 13-Novembre, le témoignage du juge Marc Trévidic
Publié

FranceAu procès du 13-Novembre, le témoignage du juge Marc Trévidic

Sans filtre ni «langue de bois», le juge Marc Trévidic était appelé à la barre comme témoin par une partie civile au procès du 13-Novembre, mardi à Paris.

Marc Trévidic était en poste au parquet antiterroriste de Paris de 2000 à 2003, puis comme juge d’instruction antiterroriste de 2006 à août 2015.

Marc Trévidic était en poste au parquet antiterroriste de Paris de 2000 à 2003, puis comme juge d’instruction antiterroriste de 2006 à août 2015.

AFP

De «l’âge d’or» à un «système qui ne fonctionne plus» lors de la vague d’attentats meurtrière de 2015. Au procès du 13-Novembre, le juge Marc Trévidic a déroulé mardi quinze ans de son expérience dans l’antiterrorisme, sans détour ni «langue de bois».

À la barre de la cour d’assises spéciale de Paris, qui juge depuis près de huit mois les pires attentats de l’après-guerre, Marc Trévidic, cité comme témoin par une partie civile, se montre fidèle à sa réputation de magistrat au franc-parler.

À l’aube du 13 novembre 2015, «on ne contrôle plus rien, on est incapable de gérer les départs (vers la Syrie et l’Irak, ndlr), les retours. On sait qu’on nous en veut, on a tous les signaux au rouge», lance le magistrat français de 56 ans, costume sombre, cravate rouge à motifs. «On n’a aucun moyen d’éviter ce qui est en train de se profiler», dit-il de son débit rapide, laissant échapper quelques rires nerveux.

«Nouvelle génération»

D’abord au parquet antiterroriste de Paris de 2000 à 2003, puis comme juge d’instruction antiterroriste de 2006 à août 2015, Marc Trévidic a «vu le système évoluer, parfois y arriver, parfois ne pas y arriver». Il a «connu l’âge d’or» du début des années 2000, cette époque «idyllique» où «la fluidité est totale» entre le renseignement et le judiciaire.

C’est la période des filières afghanes et bosniaques, celle où «on avait les moyens» de suivre en filature des «revenants» de zones de conflit pendant un an, pointe Marc Trévidic. Quand il intègre la galerie des juges antiterroristes, quelques années plus tard, le paradigme a changé.

Une «nouvelle génération» de jeunes se radicalise sur Internet, «on va les considérer comme terroristes pour éviter qu’ils le deviennent» en «poussant au maximum l’infraction d’association de malfaiteurs terroriste». Du côté de la défense, des avocats qui voient dans ces propos une critique du durcissement de la réponse pénale, se délectent.

«Pas infaillible»

Le juge, devenu président de cour d’assises à Versailles, poursuit son exposé, condamne «l’indigence» des moyens judiciaires à l’ère du «tout-renseignement», cette certitude «qu’on est invulnérable», la France n’ayant plus été frappée sur son sol depuis décembre 1996. Jusqu’aux crimes de Mohammed Merah en mars 2012 qui démontrent que «le système n’est pas infaillible»: il «était fait pour gérer une vie judiciaire sans attentats», tance Marc Trévidic.

Alors que «l’exode» vers la Syrie de ceux «formés à l’émotion des vidéos» de propagande de l’organisation État islamique se fait de plus en plus massif, «le renseignement fonctionne à plein et le judiciaire ne peut plus rien faire», souligne Marc Trévidic. «On entend 3000 départs, 3200 départs, on ne sait pas que certains sont partis et qu’ils sont revenus». La faute «au politique», «le judiciaire est excellent s’il est à niveau», tacle le magistrat.

Avant de quitter l’antiterrorisme pour les affaires familiales à Lille, Marc Trévidic reçoit dans son bureau le 15 août 2015 Reda Hame, une recrue d’Abdelhamid Abaaoud, le chef opérationnel des attaques du 13-Novembre, qui vient d’être arrêté à Paris. Également cité comme témoin, Reda Hame a fait savoir qu’il ne souhaitait pas comparaître.

Juges «démunis»

Au juge Trévidic, il a dit qu’Abdelhamid Abaaoud lui a «préconisé une cible facile, un concert par exemple», rappelle une avocate de parties civiles, Me Virginie Le Roy. Trois mois plus tard, trois commandos de djihadistes attaquaient le Stade de France, des terrasses bondées de bars et le Bataclan pendant un concert.

Parmi les assaillants de la salle de spectacles, Samy Amimour, un homme que Marc Trévidic a placé quelques années plus tôt sous contrôle judiciaire dans un dossier de terrorisme et qui rejoindra la Syrie en 2013. «Évidemment que je regrette de ne pas l’avoir mis en détention provisoire», répond Marc Trévidic aux parties civiles.

Il s’empresse de resituer le contexte, avant l’attentat contre Charlie Hebdo, avant le 13-Novembre: les juges sont «démunis», font de l’antiterrorisme «avec des moyens de droit commun», n’ont pas perçu la menace. Sur les bancs de la partie civile comme de la défense, le témoin est remercié pour sa franchise et son «courage». Le procès reprend mercredi avec une nouvelle série d’auditions de parties civiles.

(AFP)

Ton opinion