Moto: Au Supercross de Genève, une femme tient la barre
Actualisé

MotoAu Supercross de Genève, une femme tient la barre

Dans une semaine, Palexpo va vibrer aux exploits de quelques-uns des meilleurs spécialistes du monde. Sous le regard de Stéphanie...

par
Jean-Claude Schertenleib
Stéphanie Almazan-Bezon se réjouit de voir à luvre Matt Rebeaud et les autres.

Stéphanie Almazan-Bezon se réjouit de voir à luvre Matt Rebeaud et les autres.

Keystone/Jean-christophe Bott

Plus mâle que ça, difficile à trouver: athlètes aux muscles sculptés, la plupart d'entre eux tatoués (et pas tous avec des messages d'amour!), une agressivité développée, mais un respect absolu de l'autre, de l'adversaire. On les appelle parfois les gladiateurs modernes, et c'est vrai que lorsqu'ils pénètrent dans l'arène, que le public crie et en redemande, on ne peut que penser à leurs lointains ancêtres qui s'offraient en spectacle pour le bonheur, la jouissance parfois, du bon peuple de Rome.

Mais foin de clichés. Quand les pilotes enlèvent leur casque, on découvre des hommes au cœur immense, souvent sensibles, parce qu'ils connaissent les risques, le prix que certains paient à leur passion.

A Genève, cette année, c'est une jeune femme qui dirige l'organisation. Stéphanie Almazan­-Bezon est tombée dans le chaudron des moteurs toute petite. Avec un papa adepte de side-car et une maman passagère, difficile de résister. «J'étais une gamine, puis une ado qui avait la même vie que ses copines... pendant la semaine. Le week-end, c'était différent», sourit la patronne. Le Nürburg­ring, Hockenheim, son vocabulaire s'enrichit de noms mythiques. Petite, elle se cache dans le side-car. Adulte, elle joue parfois au «singe», dans le panier.

Le Supercross, elle le découvre d'abord parmi les bénévoles. Puis en tant que pro, avec Daniel Perroud, avant d'en prendre la direction il y a quelques mois. Un nouveau défi à découvrir le 1er et le 2 décembre.

On verra double au Supercross de Genève

L’organisation du Supercross de Genève a dévoilé mardi les contours de sa 32e édition. Avec de belles surprises en vue.

Ton opinion