Au volant d'un bus scolaire avec plus de 2 pour mille d'alcoolémie
Actualisé

Au volant d'un bus scolaire avec plus de 2 pour mille d'alcoolémie

Le chauffeur d'un bus scolaire a été contrôlé avec une alcoolémie supérieure à deux pour mille mardi en fin d'après-midi dans la Broye fribourgeoise.

Les dix enfants qu'il transportait ont été pris en charge par un autre bus.

Ce chauffeur professionnel âgé de 46 ans a été pris dans un contrôle systématique d'alcool peu après 16h30. A l'éthylomètre, il affichait un taux d'alcool entre 2 et 2,1 pour mille. Une prise de sang a été ordonnée et son permis lui a été retiré, a indiqué la police cantonale mercredi.

Contacté par l'ATS, le porte-parole de la police s'est refusé à donner toute précision, pour des raisons de protection des données, s'est défendu Hans Maradan. On ignore ainsi le sort réservé à ce chauffeur indélicat, concernant son emploi ou des conséquences juridiques.

On ne sait pas non plus comment ces élèves seront transportés à l'avenir. Dans le canton de Fribourg, l'organisation des transports d'élèves est de la responsabilité des cercles scolaires.

Personne ne sait rien

Les solutions sont très variées, certains recourant à des privés, d'autres à des transporteurs professionnels. Dans les quinze cercles scolaires de la Broye fribourgeoise, trois entreprises assurent ces transports, a indiqué Mireille Ruffieux, responsable des transports scolaires au Département cantonal de l'éducation.

Jointes par l'ATS, aucune des trois n'avait connaissance du cas. Egalement pour des raisons de protection des données, il semble que la police n'ait pas non plus averti l'employeur du chauffeur ivre, a indiqué Didier Rey, porte-parole de Car Postal Suisse romande, citant la gendarmerie.

Les trois entreprises actives dans le transport scolaire dans la Broye se sont montrées très surprises par ce fait divers qui aurait pu beaucoup plus mal tourner, surtout pour les enfants. A leurs connaissances comme à celle de Mme Ruffieux, un tel cas constitue une première dans le canton.

Tolérance zéro

Les transporteurs sont intransigeants s'agissant de l'alcool au volant, à l'instar des Transports publics fribourgeois (TPF). «Nous pratiquons la tolérance zéro», a dit à l'ATS son porte-parole. Et en cas de doute sur son état ou si un chauffeur a fait la fête, il peut s'annoncer la veille et sera remplacé, précise-t-il.

Si cela reste exceptionnel, les TPF ne lui en tiendront pas rigueur. En revanche si un chauffeur se fait prendre avec une goutte d'alcool au volant, le licenciement est immédiat, ajoute le porte-parole des TPF. Les rapports basés sur la confiance fonctionnent. La preuve: dans cette entreprise, un tel cas n'est encore jamais survenu, note encore le porte-parole. (ats)

Ton opinion