Actualisé 05.03.2012 à 10:13

Bonnets d'âneAucun candidat ne satisfait les jeunes électeurs

Un collectif français a lancé une agence de notation originale qui évalue les propositions des candidats à la présidentielle pour la jeunesse. Aucun n'obtient une note supérieure à «C»!

«Et si les candidats travaillaient leurs propositions sur la jeunesse?» Le collectif Génération Précaire a lancé la semaine dernière une agence de notation, originale baptisée «Young & Poor». Celle-ci note les programmes jeunesse des 12 candidats à la présidentielle. Au final, ceux-ci sont jugés de «médiocre» à la mention «faillite».

«Nous sommes navrés de vous annoncer qu'il n'y a pas de triple A. Les notes sont relativement médiocres. Mais notre objectif est de faire monter en compétence les candidats pendant la campagne. Il y aura deux autres notations avant le 1er tour et une dans l'entre-deux tours», a déclaré Ophélie Latil (Génération précaire), lors d'une conférence de presse.

De fait, ont obtenu un «C» soit une note médiocre, signe d'un programme insuffisamment détaillé ou parcellaire:

François Hollande (PS), Eva Joly (EELV), Corinne Lepage (Cap21), Marine Le Pen (FN), Jean-Luc Mélenchon (Front de Gauche). «Attention! Tous les C ne se valent pas: C correspond à une note entre 8 et 11 sur 20: le PS et EELV sont plus près du 11, le FN du 8», met en garde Lila Djellali, l'une des «superviseuses».

Les détenteurs d'un «D» (comme «douteux») sont Nicolas Sarkozy (UMP), François Bayrou (MoDem), Dominique de Villepin (République solidaire), Nicolas Dupont-Aignan (Debout la République), Jacques Cheminade. Les deux candidats actuellement en «faillite», c'est-à-dire notés «E», sont Philippe Poutou (NPA) et Nathalie Arthaud (Lutte Ouvrière) «qui ont des propositions mais qui ont été jugées non recevables parce qu'irréalistes», a regretté Lila Latil.

La méthodologie de «Young & Poor»

Reprenant les codes des agences de notation comme Standard & Poor's, Moody's ou Fitch Ratings, «Young & Poor» («Jeune et Pauvre», en français) fonctionne avec des auditeurs et des superviseurs dont les analyses sont validées par un comité de notation. Y siègent huit experts indépendants aux profils divers comme Louis Chauvel, sociologue et chercheur à l'OFCE, Gilles Babinet, entrepreneur et président du Conseil national du numérique, ou encore Annick Coupé, déléguée générale de Union syndicale Solidaires.

La note globale de chaque candidat recouvre des disparités de notations selon 10 thèmes: «Etudiants», «Non diplômé/qualifiés», «Orientation», «Enseignement supérieur», «Alternance, apprenti & contrat pro», «Aide aux chômeurs», «Emploi», «Volontariat et service civique», «Délinquance, lutte et réinsertion» et «Stages» qui ont été soumis aux équipes des candidats. Le détail est consultable sur le site www.youngandpoor.org.

Naissance d'une nouvelle agence de notation

(afp)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!