Aucun char lourd n’est livré à Kiev, Berlin pointé du doigt

Publié

Guerre en UkraineAucun char lourd n’est livré à Kiev, Berlin pointé du doigt

Après avoir refusé, pour l’instant, d’envoyer des Leopard 2 en Ukraine, l’Allemagne est la cible de nombreuses critiques, en provenance des pays baltes, de Kiev ou même des États-Unis.

«Libérez les léopards»: à Berlin, vendredi, une manifestation appelait le gouvernement allemand à livrer ses chars du même nom à l’Ukraine.

«Libérez les léopards»: à Berlin, vendredi, une manifestation appelait le gouvernement allemand à livrer ses chars du même nom à l’Ukraine.

Getty Images

Ce samedi, l’Allemagne est pointée du doigt par d’autres alliés européens de Kiev après avoir pris la décision de ne pas livrer ses chars lourds à l’Ukraine à ce stade, une position également déplorée par Volodymyr Zelensky, au moment où les Russes sont à l’offensive. Dans une rare critique publique, les ministres des Affaires étrangères des pays baltes ont exhorté, samedi matin, Berlin «à fournir dès maintenant des chars Leopard à l’Ukraine», plaidant «la responsabilité particulière» de l’Allemagne, «première puissance européenne».

Le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, avait, lui, regretté, vendredi soir, la position prudente de l’Allemagne, se disant convaincu qu’«il n’y a pas d’autre solution» pour ses alliés occidentaux que de livrer des chars à son armée.

Et samedi, Kiev a déploré la position européenne, selon un conseiller de la présidence ukrainienne. «L’indécision de ces jours tue encore plus de nos concitoyens», a regretté Mykhaïlo Podoliak sur Twitter, appelant ses alliés à «penser plus vite». «Vous aiderez de toute façon l’Ukraine avec les armes nécessaires et comprendrez qu’il n’y a pas d’autre option pour mettre fin à la guerre», a-t-il plaidé.

«Show merdique»

Les critiques directes envers Berlin sont également venues d’un sénateur républicain américain, Lindsey Graham, à l’issue d’une visite à Kiev, vendredi. «J’en ai assez du «show merdique» autour de qui va envoyer des chars et quand», a-t-il fustigé sur Twitter. «Aux Allemands: envoyez des chars en Ukraine car ils en ont besoin. À l’Administration Biden: envoyez des chars américains pour que d’autres suivent notre exemple.»

À Ramstein, en Allemagne, la cinquantaine de pays représentés ne se sont pas entendus, vendredi, sur l’envoi de chars lourds à Kiev, malgré les demandes répétées de Kiev. Cité par «La Voix de l’Amérique», le ministre ukrainien de la Défense, Oleksiï Reznikov, a toutefois indiqué que des soldats ukrainiens allaient s’entraîner prochainement sur des Leopard en Pologne: «On va commencer avec ça, et on verra pour la suite», a-t-il déclaré.

Le secrétaire américain à la Défense, Lloyd Austin, a pour sa part temporisé, soulignant qu’il y avait toujours «une fenêtre d’opportunité entre maintenant et le printemps» pour livrer des chars occidentaux.

Une «illusion» pour Moscou

Selon la Russie, l’envoi de tels engins ne changerait rien sur le terrain, le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov accusant les Occidentaux d’entretenir de fait l’«illusion» d’une possible victoire ukrainienne. Mais pour nombre d’experts toutefois, des chars lourds modernes seraient un réel avantage pour Kiev dans les batailles dans l’est de l’Ukraine, où la Russie reprend l’offensive après avoir subi de lourds revers à l’automne.

(AFP)

Ton opinion

197 commentaires