France: Anniversaire de la mort d'Adama Traoré: «Laissez-nous respirer»
Actualisé

FranceAnniversaire de la mort d'Adama Traoré: «Laissez-nous respirer»

Des milliers de personnes ont réclamé justice samedi à Paris, à l’occasion du 4e anniversaire de la mort d’un jeune homme noir, lors d’une interpellation policière.

1 / 6
«Laissez-nous respirer», pouvait-on lire sur les pancartes des manifestants.

«Laissez-nous respirer», pouvait-on lire sur les pancartes des manifestants.

AFP
Assa Traoré, soeur du jeune homme  noir de 24 ans, mort peu après son arrestation le 19 juillet 2016.

Assa Traoré, soeur du jeune homme noir de 24 ans, mort peu après son arrestation le 19 juillet 2016.

KEYSTONE/EPA/YOAN VALAT
Un appel à la révolte a été lancé par les manifestants.

Un appel à la révolte a été lancé par les manifestants.

AFP

Quatre ans après la mort d'Adama Traoré lors d'une interpellation à Beaumont-sur-Oise, au nord de Paris, des milliers de personnes ont commencé à défiler dans cette ville. Le rassemblement s'inscrit dans un contexte de mobilisation contre les violences policières.

Cette marche est organisée par le comité qui réclame justice pour ce jeune homme noir de 24 ans, mort dans la commune voisine de Persan le 19 juillet 2016, peu après son arrestation, au terme d'une course-poursuite avec les gendarmes.

«Laissez-nous respirer» ou «Pas de justice, pas de paix» pouvait-on lire sur des banderoles brandies dans la foule qui a commencé à défiler peu après 15h00 depuis la gare de Persan-Beaumont. «Aucun homme, aucune personne ne doit mourir de cette façon-là, à cet âge-là», a déclaré Assa Traoré, soeur du jeune homme et figure du combat mené depuis des années pour voir «la requalification des faits en homicide volontaire».

«Pas de justice, pas de paix»

Parmi les manifestants, des proches, des soutiens, des «gilets jaunes», quelques syndicalistes et des militants écologistes.

Cette quatrième édition se double aussi d'un festival avec des personnalités et artistes. Pour le Comité Adama, il s'agit aussi d'élargir sa base, dans le sillage les rassemblements des 2 et 13 à Paris, qui avaient drainé des milliers de manifestants.

L'affaire Traoré a retrouvé en France un fort écho après la vague planétaire d'indignation suscitée par la mort, en mai aux Etats-Unis, de George Floyd, un noir tué par un policier blanc alors qu'il répétait qu'il ne pouvait «plus respirer». Sur le plan judiciaire, les juges d'instruction ont ordonné récemment de nouvelles investigations et une nouvelle expertise à des médecins belges, qui est attendue pour janvier 2021.

(ATS/NXP)

Ton opinion