votation sur les minarets: Aucun indice de menaces terroristes
Actualisé

votation sur les minaretsAucun indice de menaces terroristes

Micheline Calmy-Rey indique n'avoir connaissance «d'aucun indice sur d'éventuelles menaces terroristes» après le «oui» du peuple suisse à l'initiative anti-minarets.

Dans une interview à la presse dominicale, la cheffe du DFAE explique tout faire pour «que la situation ne se dégrade pas» à la suite de ce vote.

S'exprimant une semaine après la consultation populaire dans les colonnes du «Matin Dimanche» notamment, la cheffe de la diplomatie helvétique déclare avoir recensé «des attaques verbales, quelques appels isolés au boycott et ponctuellement des petites manifestations» à l'étranger.

Selon elle, «la situation est restée calme. A ce stade, je n'ai eu connaissance d'aucun indice sur d'éventuelles menaces terroristes» à l'encontre de la Suisse.

Le DFAE s'active depuis le vote à «faire tout ce qui est possible pour que la situation ne se dégrade pas». A cette fin, les diplomates suisses ont expliqué le résultat du vote «aux gouvernements et aux médias des pays musulmans», rappelle la conseillère fédérale.

Mme Calmy-Rey souligne que ces explications ne représentent pas des excuses de la part de la Suisse. «Il ne s'agit pas d'excuser cette décision populaire: je n'ai jamais présenté d'excuses à ce propos».

Revenant sur les possibles raisons du résultat de dimanche dernier, la ministre des affaires étrangères évoque «la grande anxiété qui règne dans notre population». Elle pointe du doigt le «débat nauséabond» précédant la votation. «Les initiants ont joué sur la peur».

Micheline Calmy-Rey déplore que «des provocateurs chez nous» demandent dorénavant l'interdiction de la burqa. Ces propos «peuvent à nouveau susciter une aggravation de la tension», prévient la cheffe du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE).

(ats)

Ton opinion