Actualisé 23.03.2016 à 14:34

Attentats à BruxellesAucune arme n'a été retrouvée à l'aéroport

Les deux hommes qui se sont fait exploser mardi à l'aéroport de Zaventem ont été identifiés, a-t-on appris mercredi. Il s'agit de deux frères, connus des services de police.

1 / 76
27.06 Selon le «Sunday Times», Mohamed Abrini est devenu l'informateur de la police britannique.

27.06 Selon le «Sunday Times», Mohamed Abrini est devenu l'informateur de la police britannique.

18.05 Mohamed Abrini, alias «l'homme au chapeau», avait laissé un testament dans lequel il expliquait vouloir mourir en martyr.

18.05 Mohamed Abrini, alias «l'homme au chapeau», avait laissé un testament dans lequel il expliquait vouloir mourir en martyr.

AFP
08.05 Le monde entier a vu le visage de Nidhi Chaphekar, hôtesse de l'air indienne, victime des explosions à l'aéroport de Bruxelles le 22 mars dernier. Enfin guérie, elle se confie.

08.05 Le monde entier a vu le visage de Nidhi Chaphekar, hôtesse de l'air indienne, victime des explosions à l'aéroport de Bruxelles le 22 mars dernier. Enfin guérie, elle se confie.

AFP

Les frères belges Ibrahim et Khalid El Bakraoui ont été identifiés comme deux des kamikazes des attentats coordonnés de Bruxelles qui ont fait 31 morts et 270 blessés mardi, a indiqué mercredi le procureur fédéral belge Frédéric Van Leeuw.

Ibrahim El Bakraoui a été identifié grâce à ses empreintes comme étant l'un des auteurs des attentats de l'aéroport. Son frère Khalid a lui été identifié, lui aussi par ses empreintes, comme auteur de l'attentat à la station de métro de Maelbeek, au coeur du quartier européen.

En ce qui concerne l'attentat à l'aéroport international de Bruxelles-Zaventem, où une photo montrant trois suspect a été diffusée, «l'auteur au milieu de la photo qui est l'un des deux kamikazes a été identifié grâce à ses empreintes», a précisé M. Van Leeuw. «Il s'agit d'Ibrahim El Bakraoui, né à Bruxelles le 9 octobre 1986, de nationalité belge», a-t-il ajouté. Enfin, le procureur fédéral a précisé qu'aucune arme de guerre n'avait été trouvée à l'aéroport.

Un testament

Ibrahim El Bakraoui, a par ailleurs, abandonné «dans une poubelle» un ordinateur contenant son testament, où il affirme «ne plus savoir quoi faire» car il est «recherché de partout», a affirmé le procureur fédéral belge mercredi. Ce «testament» a été retrouvé sur un ordinateur, abandonné dans une poubelle de la rue de la commune bruxelloise de Schaerbeek où la police a mené une série de perquisitions mardi, découvrant «15 kilos d'explosif de type TATP, 150 litres d'acétone, 30 litres d'eau oxygénée, des détonateurs, une valise remplie de clous et de vis», a précisé le procureur, Frédéric Van Leeuw, au cours d'une conférence de presse.

Par ailleurs, «du matériel destiné à confectionner des engins explosifs (bacs en plastique, ustensiles divers, ventilateurs)» a été retrouvé dans cet appartement, que la police a pu perquisitionner grâce au témoignage d'un chauffeur de taxi qui avait reconnu les trois suspects sur une photo diffusée par les autorités mardi après-midi, selon le procureur.

Ce chauffeur de taxi a raconté qu'il avait conduit tôt mardi matin à l'aéroport international de Bruxelles-Zaventem les trois assaillants, dont l'un est toujours en fuite après avoir abandonné dans le hall de départs de l'aéroport un sac qui contenait «la charge explosive la plus importante», mais qui n'a pas explosé, a précisé le procureur.

Pas de référence à l'EI

Le «testament» d'Ibrahim El Bakraoui, visiblement confus, ne semble comporter aucune référence à l'organisation jihadiste Etat islamique qui a revendiqué les attentats, qui ont fait 31 morts et quelque 270 blessés mardi à Bruxelles. «Il déclare, je cite, être dans la précipitation , ne plus savoir quoi faire , être recherché de partout , ne plus être en sécurité », a détaillé M. Van Leeuw.

Le «testament» stipule aussi que « s'ils s'éternisent, ils risquent de terminer à côté de lui dans une cellule », a ajouté le procureur, ce qui semble faire référence au suspect-clé des attentats de Paris, Salah Abdeslam, capturé vendredi à Molenbeek après plus de quatre mois de cavale et incarcéré dans l'unité de haute sécurité à la prison de Bruges.

A propos de l'attentat du métro de Maelbeek, «l'explosion s'est produite à l'intérieur de la deuxième rame alors que celle-ci était toujours dans la station, le kamikaze a été identifié par ses empreintes, il s'agit de Khalid El Bakraoui, frère d'Ibrahim, né à Bruxelles le 12 janvier 1989 de nationalité belge», a-t-il ajouté. «Les deux terroristes décédés avaient de lourds antécédents judiciaires non liés au terrorisme», a rappelé le procureur.

Par ailleurs, le troisième suspect est toujours en fuite. Aux côtés du Belge Ibrahim El-Bakraoui, et d'un deuxième kamikaze «pas encore identifié» se trouvait un troisième homme, «vêtu d'une veste claire et d'un chapeau», qui est toujours «en fuite», selon le procureur. «Son sac contenait la charge explosive la plus importante», a-t-il précisé. Il ne s'agirait donc pas de Najim Laachraoui, un suspect lié aux attentats de Paris, et quia avait été présenté comme l'homme au chapeau sur la photo par certains médias belges. (20 minutes/ats)

Khalid El Bakraoui

Il aurait loué le logement de Forest sous un faux nom, de même qu'un autre à Charleroi (sud de la Belgique) occupé par l'un des commandos des attentats de novembre juste avant leur départ pour la France. Ce Bruxellois de 27 ans a été condamné à cinq ans de prison en 2011 pour des vols de voiture avec violence.

Ibrahim El Bakroui

Son frère de 30 ans, Ibrahim El Bakraoui, a, lui, été condamné à neuf ans de prison à Bruxelles pour avoir tiré sur des policiers à la kalachnikov lors d'un braquage en 2010, selon «La Dernière Heure».

Le procureur belge dément l'arrestation de Najim Laachraoui

Le parquet fédéral belge a démenti mercredi l'arrestation de Najim Laachraoui, un suspect en fuite lié aux attentats de Paris, qui avait été annoncée par des médias belges. «M. Laachraoui n'a pas été arrêté», a indiqué le porte-parole du parquet fédéral, Eric Van Der Sypt, quelques minutes avant le début d'une conférence de presse. Najim Laachraoui, 24 ans, était connu jusqu'à récemment sous la fausse identité de Soufiane Kayal. Désormais formellement identifié, il est «activement recherché», a précisé lundi le parquet belge, qui a diffusé des photos. Son ADN a été retrouvé sur du matériel explosif utilisé le 13 novembre dernier à Paris.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!