Actualisé 24.11.2009 à 10:21

Marché de l'emploiAucune évolution prévue avant la fin de l'année

Le marché de l'emploi se stabilise en Suisse.

Si le secteur tertiaire participe à cette amélioration, le secteur secondaire enregistre en revanche une baisse massive des personnes occupées. La situation n'évoluera pas d'ici à la fin de l'année.

A la fin du troisième trimestre, la Suisse comptait 4,538 millions d'actifs occupés. Il s'agit d'une hausse de 0,7% par rapport à l'année précédente, a indiqué mardi l'Office fédéral de la statistique (OFS). Le nombre de femmes actives a augmenté de 2,2% tandis que celui des hommes a baissé de 0,4%.

La situation ne devrait pas s'améliorer lors du quatrième trimestre. L'emploi dans le secteur secondaire va continuer à reculer, alors que le secteur tertiaire devrait rester stable ou augmenter légèrement.

Le recul dans le secteur secondaire se vérifie aussi en regard du nombre total de 3,963 millions d'emplois (+0,2%) recensés à la fin du troisième trimestre. Les quelque 1,040 million d'emplois du secondaire représentent un recul de 2,6% par rapport à la même période de l'année précédente.

Embellie dans le tertiaire

Les 2,924 millions d'emplois du tertaire traduisent en revanche une progression de 1,2%. Sans correction des variations saisonnières, l'emploi total a augmenté de 0,1% sur une année, ce qui recouvre une baisse de 0,7% dans le secteur secondaire et une progression de 0,5% dans le tertaire.

Exprimé en équivalent plein temps, le volume de l'emploi a reculé de 0,7% en comparaison annuelle. Selon l'OFS, la baisse représente 3,0% dans le secteur secondaire, particulièrement touché par le chômage partiel, alors que le secteur tertiaire enregistre une progression de 0,3%.

Moins de places vacantes

En recul de 39% à 127 points, l'indice des places vacantes ne recèle pas d'espoir d'amélioration au dernier trimestre. Les prévisions d'emploi dans le secteur secondaire se situent quant à elles à -7,3% par rapport à la même période de l'année précédente et devraient reculer de 2,6% dans le secteur tertiaire.

Le nombre de travailleurs suisses était en croissance de 0,3% à 3,284 millions d'actifs occupés à la fin du 3e trimestre. Les quelque 1,254 million d'actifs étrangers (+2,0%) recensés, dont 214 000 frontaliers (+0,3%), ont également marqué une progression sur un an.

Secteurs touchés

Comme au trimestre précédent, les pertes d'emplois dans le secteur secondaire ont touché en particulier le «travail des métaux» (-6,5%), les «instruments de précision et l'horlogerie» (-5,7%) et la «fabrication de machines et d'équipements» (-6,3%). Ces branches ont perdu respectivement 5000, 6000 et 7000 emplois.

Les plus fortes progressions dans le secteur tertiaire ont été enregistrées les «services aux entreprises» (+1,9%), l'»enseignement» (+4,6%) et la «santé» (+3,8%). Les gains d'emplois dans ces branches se montaient respectivement à 9000, 11 000 et 18 000.

L'Espace Mittelland (-0,8%), la Suisse du Nord-Ouest (-0,3%) et le Tessin (-0,8%) ont enregistré une évolution négative de l'emploi en comparaison annuelle. L'embellie dans le secteur tertiaire s'est traduite par une évolution légèrement positive dans les autres régions de Suisse, en particulier celle de Zurich (+1,3%).

(ats)

Femmes plus actives

Grâce aux femmes, la population active a légèrement augmenté durant le 3e trimestre 2009. En effet, si l'emploi recule dans l'industrie et chez les hommes, il a augmenté dans les services et chez la gent féminine. C'est ce que montre le baromètre de l'emploi publié mardi par l'Office fédéral de la statistique (OFS).

Selon la statistique de la «population active occupée», la Suisse comptait 4,538 millions d'actifs à fin septembre 2009, soit 0,7% de plus qu'un an auparavant. «Cette évolution résulte de l'augmentation du nombre de femmes actives occupées, soit 2,2%, qui compense le recul de 0,4% observé chez les hommes», a expliqué l'OFS.

Le nombre total d'emplois n'a cependant augmenté que de 0,2% en une année. Cette évolution correspond à une aggravation de la situation dans l'industrie avec un recul de 2,6%, compensée par une croissance de 1,2% dans le secteur des services.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!