Berne: Aucune plainte déposée contre la mamie tagueuse
Actualisé

BerneAucune plainte déposée contre la mamie tagueuse

Une militante quasi nonagénaire a été embarquée par la police, mardi à Berne, après avoir tagué les panneaux entourant la Banque nationale suisse. Celle-ci a décidé jeudi de n'engager aucune poursuite judiciaire contre elle.

par
asc/ofu
1 / 5
Le lancement de l'initiative populaire a commencé avec l'action d'une des membres du comité, Louise Schneider. (mardi 11 avril 2017)

Le lancement de l'initiative populaire a commencé avec l'action d'une des membres du comité, Louise Schneider. (mardi 11 avril 2017)

Keystone
Agée de 86 ans, elle a inscrit, en tremblotant, «L'argent pour les armes tue» sur les panneaux entourant la Banque nationale suisse.(mardi 11 avril 2017)

Agée de 86 ans, elle a inscrit, en tremblotant, «L'argent pour les armes tue» sur les panneaux entourant la Banque nationale suisse.(mardi 11 avril 2017)

Keystone
Le texte veut interdire à la BNS, aux fondations et aux institutions de la prévoyance publique et de la prévoyance professionnelle d'investir dans l'industrie d'armement.(mardi 11 avril 2017)

Le texte veut interdire à la BNS, aux fondations et aux institutions de la prévoyance publique et de la prévoyance professionnelle d'investir dans l'industrie d'armement.(mardi 11 avril 2017)

Keystone

Après son action de mardi dernier, Louise Schneider, 86 ans, a fait les gros titres de la presse internationale. La membre du Groupe pour une Suisse sans armée (GSsA) a été embarquée par les forces de l'ordre bernoises pour avoir sprayé en grosses lettres rouges la phrase suivante sur des panneaux entourant la Banque nationale suisse (BNS): «L'argent pour les armes tue.» Le slogan fait référence à l'initiative «Pour une interdiction du financement des producteurs de matériel de guerre». La récolte de signatures a été officiellement lancée en début de semaine par le GSsA.

Contactée jeudi par «20 Minuten», la BNS a expliqué qu'elle n'allait déposer aucune plainte contre Louise Schneider. Pour l'institution financière, il s'agit ici d'une bagatelle. Elle précise aussi que la couleur rouge a pu être nettoyée facilement.

Interrogée par Tele Bärn, l'octogénaire a dit avoir fait exprès d'utiliser de la couleur qui part rapidement à l'eau. Selon elle, les panneaux tagués étaient à nouveau propres à peine deux heures après son action.

Mais pourquoi a-t-elle été emmenée par la police si aucune plainte n'a été déposée? Le porte-parole des forces de l'ordre, Christoph Gnägi, explique: «Les agents étaient obligés de contrôler son identité et de déterminer ce qui s'était passé exactement. Comme il y avait beaucoup de monde sur place ce jour-là, les policiers ont décidé de l'emmener au poste pour régler tranquillement toute cette affaire.» Pour finir, il ajoute que la militante n'a pas été arrêtée et qu'elle a pu rentrer chez elle juste après.

GSsA: la police arrête une tagueuse de 86 ans

A l'occasion du lancement de la récolte de signatures pour l'initiative populaire du Groupe pour une Suisse sans Armée, une militante quasi nonagénaire a été embarquée par la police ce 11 avril 2017.

Ton opinion