Dieselgate – Audi jugé responsable des moteurs truqués livrés par VW
Publié

DieselgateAudi jugé responsable des moteurs truqués livrés par VW

Au moins une personne savait que les moteurs fournis par Volkswagen étaient équipés d’un logiciel trompeur.

Volkswagen a reconnu à l’automne 2015 avoir équipé 11 millions de ses véhicules diesel d’un logiciel pour masquer les émissions de CO₂.

Volkswagen a reconnu à l’automne 2015 avoir équipé 11 millions de ses véhicules diesel d’un logiciel pour masquer les émissions de CO₂.

Reuters

Dans le scandale tentaculaire des moteurs diesel truqués, Audi a été reconnu responsable au titre des moteurs fournis par sa maison mère Volkswagen, a décidé jeudi la plus haute juridiction allemande, confortant la position de clients trompés par le géant de l’automobile.

Outre Volkswagen, Audi a également induit en erreur les autorités d’immatriculation et ses clients de manière «immorale», a décidé jeudi la Cour fédérale de justice (BGH) de Karlsruhe.

«Logiciel trompeur»

Le constructeur d’Ingolstadt a mis en circulation des véhicules équipés du moteur EA 189 fourni par Volkswagen bien qu’«au moins une personne responsable (chez Audi) savait que le moteur était équipé d’un logiciel trompeur», écrit la Cour, qui a confirmé quatre jugements de tribunaux régionaux datant de l’automne 2020.

«La décision renforce considérablement les droits des consommateurs concernés, car Audi doit être responsable des moteurs manipulés qui ont été développés par VW», commente l’avocat Claus Goldenstein dans un communiqué.

Dommages et intérêts

Audi va devoir à son tour verser des dommages et intérêts, après qu’en mai 2020, la même Cour fédérale a condamné Volkswagen à rembourser un client lésé, une première qui marquait un revers pour le constructeur. En 2018, Audi avait déjà accepté de payer une amende de 800 millions d’euros réclamée par le parquet de Munich ayant engagé sa responsabilité pénale.

Le procès pénal de Rupert Stadler, ancien patron d’Audi, a, lui, commencé en 2020 et est toujours en cours. Le «dieselgate», qui a donné lieu à de nombreuses actions en justice à travers le monde, a déjà coûté 30 milliards d’euros (quelque 31 milliards de francs) à Volkswagen, en grande partie aux États-Unis, où le groupe allemand a plaidé coupable de fraude en 2017.

Onze millions de véhicules

Volkswagen avait reconnu à l’automne 2015 avoir équipé 11 millions de ses véhicules diesel d’un logiciel capable de dissimuler des émissions dépassant parfois jusqu’à 40 fois les normes autorisées. Quelque 8,5 millions de véhicules ont été concernés en Europe.

En Allemagne, le constructeur a conclu en avril 2020 un accord à l’amiable avec l’association de consommateurs VZBV, pour un montant d’au moins 750 millions d’euros.

(AFP)

Ton opinion

4 commentaires