Matricide à la Chaux-de-Fonds: Devant le juge après avoir poignardé sa mère 56 fois

Actualisé

Matricide à la Chaux-de-FondsDevant le juge après avoir poignardé sa mère 56 fois

La justice neuchâteloise se penchait jeudi sur le cas d'un trentenaire qui a poignardé sa mère de 56 coups de couteau en octobre 2017 à La Chaux-de-Fonds.

Le crime a été commis au dernier étage de cet immeuble.

Le crime a été commis au dernier étage de cet immeuble.

DR

Le Tribunal criminel de La Chaux-de-Fonds a tenu ce jeudi une audience préliminaire dans le cas d'un trentenaire qui a tué sa mère de 56 coups de couteau le 15 octobre 2017. Le prévenu est accusé d'assassinat, subsidiairement de meurtre.

Lors de cette audience préliminaire, l'avocat du prévenu, Germain Porret, a déclaré qu'il contestait le déroulement des faits présentés dans l'acte d'accusation pour le 15 octobre. Ce jour-là, l'accusé a tué sa mère mais aussi tenté de le faire pour son beau-père, qui a reçu 13 coups de couteau.

Ce dernier n'est pas décédé car il a réussi à prendre la fuite et à se réfugier chez un voisin. Selon l'acte d'accusation, il a toutefois été blessé gravement aussi bien physiquement, que psychiquement. Prévenue par les voisins, la police a interpellé le meurtrier le soir du drame, avant même qu'il ait pu rejoindre le centre-ville. Sa complice s'est rendue d'elle-même à la police en fin de soirée.

La procureure note que le prévenu a «agi avec une absence particulière de scrupules, tant en raison de son mobile, de son but, que de sa façon de procéder. Il reprochait à sa mère et à son époux de tenter de l'éloigner de son propre fils pour se l'approprier. Il s'est déchaîné avec violence sur le corps de sa mère au sol».

Violences envers sa compagne

La complice du trentenaire est aussi jugée pour sa participation, voire son instigation à ce drame, ainsi que pour d'autres actes de violence commis au Locle et à La Chaux-de-Fonds par le couple. Lors de l'audience préliminaire, son avocat a contesté des points de l'acte d'accusation et notamment la préméditation.

Cette femme de 32 ans est aussi plaignante dans ce dossier car elle s'est fait régulièrement passer à tabac par l'accusé entre juillet et septembre 2017. Pour ces faits-là, le Ministère public a retenu envers le prévenu des lésions corporelles simples, et même graves dans un cas, des menaces et éventuellement de la contrainte.

Une autre femme, l'ex-épouse de l'accusé et mère de son jeune enfant est aussi partie plaignante. Elle se faisait battre régulièrement, dont une fois dans un bus où elle s'était réfugiée et où elle n'a dû son salut qu'à l'intervention de passagers.

L'auteur du matricide, domicilié au Locle au moment des faits, est détenu à la prison de Gorgier (NE). Sa complice, qui a fait ménage commun avec l'accusé du 1er juillet au 15 octobre 2017 et est désormais domiciliée à Genève, a été libérée provisoirement le 2 décembre 2018.

Les audiences de jugement se tiendront les 10 et 11 décembre. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion