Actualisé 30.11.2018 à 06:40

Suisse-Erythrée

Augmentation injustifiée des décisions de renvoi

Les conditions de l'asile se durcissent pour les Érythréens, selon l'Observatoire romand du droit d'asile et des étrangers.

Image d'illustration

Image d'illustration

Keystone/archives

Les conditions de l'asile se durcissent en Suisse pour les Érythréens malgré l'absence d'amélioration des droits de l'homme dans leur pays. De plus, le fardeau de la preuve repose de plus en plus sur les épaules des requérants, dénonce l'Observatoire romand du droit d'asile et des étrangers (ODAE) Pour l'ODAE, l'accord de paix signé cet été entre l'Erythrée et l'Ethiopie n'a pas résolu les problèmes. «Rien ne montre que la situation des droits humains se serait améliorée», écrit l'organisme dans un communiquédiffusé jeudi.

En dépit de ce constat, la Suisse «appréhende toujours plus strictement» le sort des requérants provenant d'Erythrée. L'appréciation des motifs d'asile est très exigeante et les récits jugés «invraisemblables» se multiplient, selon l'ODAE.

La Suisse, un cas unique en Europe

En fait, le fardeau de la preuve revient de plus en plus souvent aux requérants. «Les vulnérabilités individuelles ne sont pas suffisamment prises en compte», ce qui remet en cause à terme l'essence même du droit d'asile.

Conséquence de cette évolution, le nombre de décisions de renvoi augmente. «La Suisse est ainsi devenue le seul Etat européen à rendre de telles décisions à l'égard de ce pays de la Corne de l'Afrique», déplore l'Observatoire romand du droit d'aile et des étrangers. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!