03.10.2018 à 02:02

CanadaAung San Suu Kyi n'est plus citoyenne d'honneur

Les sénateurs canadiens ont confirmé mardi le retrait de la citoyenneté d'honneur à la dirigeante birmane.

1 / 119
Des crimes de guerre ont bien été commis contre les Rohingyas mais pas de génocide, assure un rapport d'enquête birman lundi. (20 janvier 2020)

Des crimes de guerre ont bien été commis contre les Rohingyas mais pas de génocide, assure un rapport d'enquête birman lundi. (20 janvier 2020)

AFP
L'ancienne icône de la démocratie Aung San Suu Kyi comparait devant la Cour internationale de justice mardi pour défendre la Birmanie, accusée par d'autres pays de «génocide» contre les Rohingyas. (Mardi 10 décembre 2019)

L'ancienne icône de la démocratie Aung San Suu Kyi comparait devant la Cour internationale de justice mardi pour défendre la Birmanie, accusée par d'autres pays de «génocide» contre les Rohingyas. (Mardi 10 décembre 2019)

Keystone
Aung San Suu Kyi, à gauche, est accueillie par un représentant du Myanmar à son arrivée à l'aéroport de Rotterdam, aux Pays-Bas. (8 décembre 2019)

Aung San Suu Kyi, à gauche, est accueillie par un représentant du Myanmar à son arrivée à l'aéroport de Rotterdam, aux Pays-Bas. (8 décembre 2019)

AFP

Après les députés, les sénateurs canadiens ont, à leur tour, approuvé unanimement mardi une motion révoquant la nationalité canadienne honorifique accordée à la dirigeante birmane Aung San Suu Kyi. Elle a refusé de dénoncer le «génocide» de la minorité musulmane des Rohingyas.

Le 27 septembre, les députés avaient déjà approuvé une motion en ce sens, qui rendait la mesure effective. La chambre des communes avait accordé ce privilège à Aung San Suu Kyi en 2007, alors que la récipiendaire du prix Nobel de la paix était emprisonnée en Birmanie. Le vote des sénateurs n'était pas indispensable, mais il vient confirmer symboliquement celui des députés.

La réputation internationale d'Aung San Suu Kyi a été ternie par son refus d'appeler l'armée birmane à mettre fin aux atrocités commises contre les Rohingyas, que les députés canadiens ont qualifiées de «génocide» dans une résolution votée il y a une semaine.

Les Rohingyas sont traités comme des étrangers en Birmanie, un pays à plus de 90% bouddhiste. Entre août et décembre 2017, plus de 700'000 Rohingyas ont fui la Birmanie vers le Bangladesh voisin après une offensive de l'armée birmane, marquée par des exactions contre cette minorité, des viols, des exécutions extrajudiciaires et des villages incendiés.

Le Canada n'a accordé la citoyenneté honorifique qu'à cinq autres personnalités, parmi lesquelles Nelson Mandela, le Dalaï Lama ou encore Malala Yousafzai. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!