Automobilistes plus anxieux qu’avant la pandémie de Covid-19
Selon un sondage, 65% des automobilistes américains disent être plus anxieux sur la route qu’avant la pandémie.

Selon un sondage, 65% des automobilistes américains disent être plus anxieux sur la route qu’avant la pandémie.

Getty Images
Publié

Psycho/Danger sur la routeAutomobilistes plus anxieux qu’avant la pandémie de Covid-19

Une enquête américaine témoigne d’une évolution du ressenti des conducteurs liée à la crise sanitaire. Exprimez votre opinion grâce à notre sondage.

par
Emmanuel Coissy

Le coronavirus et la crise sanitaire ont des répercussions sur la santé mentale. Ils provoquent notamment stress, symptômes dépressifs et anxiété. Ces maux ne s’évaporent pas quand une personne prend le volant: 65% des automobilistes disent être plus anxieux sur la route qu’avant la pandémie (Lire l’infographie au bas de l’article). Voilà ce qu’il ressort d’une enquête réalisée aux États-Unis par l’institut de sondage OnePoll, commanditée par Cobra electronics, dont les résultats ont été publiés mardi.

Sur les 2000 adultes interrogés, 61% estiment que les conducteurs circulent d’une façon plus dangereuse qu’avant 2020.

Cette appréhension concerne aussi les passagers: 60% affirment qu’ils ont davantage le regard rivé sur le compteur de vitesse. Dans les couples, 63% des personnes interrogées sont nerveuses quand leur partenaire est au volant.

Plus ou moins d’accidents en 2020 et 2021

Pour expliquer ce malaise on peut, par exemple, se demander s’il a été causé par une hausse - réelle ou supposée - du danger et des accidents de la route. Le constat s’avère différent selon les continents même si la réduction de la circulation a été observée partout dans le monde en 2020 et en 2021.

Par exemple, au cours des neuf premiers mois de 2020 aux États-Unis, le taux d’accidents mortels a augmenté de 4,6% malgré une réduction de 14,5% des kilomètres-véhicules parcourus*. Une des hypothèses est que les conducteurs se sont davantage mis en péril en appuyant sur l’accélérateur. Un phénomène similaire a été observé en Australie. Au contraire, en Europe, on relève une baisse du nombre de collisions et des crashs mortels**.

L’avenir nous dira sans doute si le véhicule autonome fera baisser le nombre d’accidents et apaisera l’anxiété des usagers de la route.

*Unité de mesure du trafic correspondant au mouvement d’un véhicule routier automobile sur un kilomètre. La distance prise en compte est la longueur de route effectivement parcourue.

**Source: association Rue de l’Avenir Suisse

Ton opinion

4 commentaires