Genève: Autos polluantes bientôt bannies du centre-ville?

Publié

GenèveAutos polluantes bientôt bannies du centre-ville?

Le bilan de la qualité de l'air est bon. Mais un macaron pour identifier les voitures nuisibles est en projet.

par
Lucie Fehlbaum
En France, les macarons attribuent des notes de 1 à 5, la pire.

En France, les macarons attribuent des notes de 1 à 5, la pire.

AFP/Lionel Bonaventure

Même si la pollution atmosphérique a atteint un taux particulièrement bas en 2016, «nous ne voulons pas baisser la garde», a rappelé hier Luc Barthassat, ministre de l'Environnement. Ce n'est en effet que la première fois en vingt ans que les normes en matière de particules fines n'ont pas été dépassées.

Afin de garder cet élan positif, le conseiller d'Etat a dévoilé un projet inédit: un macaron attribuant un niveau de nuisance aux voitures, déjà testé en France. En cas de pics de pollution, les plus mauvais élèves pourront être interdits de circuler au centre-ville, sous peine d'amende. Testé à Grenoble, «il a été bien accepté par la population, affirme Laurent Arnould, chargé du projet pour la ville française. Lors du pic de décembre-janvier, on a noté une baisse de 8% des particules fines, qui peut aller jusqu'à 24% si tout le monde joue le jeu.» En France, la vignette coûte 4 fr. 5o. Elle se commande sur le net, en entrant son numéro de plaque.

«Une vraie volonté politique anime ce projet, estime Philippe Royer, chef du Service de l'air genevois. Nous en sommes aux prémices. Le but est la coordination avec toute la région franco-valdo-genevoise. Pour une égalité de traitement, les touristes pourront obtenir le macaron via la Fondation des parkings.» Des aspects juridiques restent à régler avec le Canton et Berne. Philippe Royer juge qu'il faudra «en tout cas un an pour finaliser le projet.»

On a mieux respiré à Genève en 2016

La qualité de l'air s'est améliorée et les valeurs-limites journalières du dioxyde d'azote n'ont pas été dépassées.

Des minimaux historiques pour 2016

Les trois principaux polluants de l'air sont l'oxyde d'azote, l'ozone et les particules fines. L'année 2016 enregistre des taux particulièrement bas de ces trois polluants, malgré une population en augmentation. Concernant les particules fines, le conseiller d'Etat chargé de l'Environnement parle de «minimaux historiques». Les mesures d'urgence sont déclenchées selon les seuils franchis par les quatre stations qui mesurent en continu la qualité de l'air sur le canton.

Ton opinion