Etats-Unis: Aux côtés de la Chine pour l'écologie
Actualisé

Etats-UnisAux côtés de la Chine pour l'écologie

Les USA et la Chine, les principaux émetteurs de gaz à effet de serre, ont annoncé qu'ils allaient échanger des informations pour mieux lutter contre le réchauffement climatique.

A l'issue d'une visite dans une société américano-chinoise produisant des moteurs diesel propres, le secrétaire d'Etat américain John Kerry a indiqué que les deux pays allaient collaborer.

«La Chine et les Etats-Unis vont accentuer leurs efforts pour échanger des informations et discuter des politiques qui nous aideront à être capables de développer des normes destinées à être annoncés l'an prochain dans le cadre de l'accord sur le changement climatique», a précisé M. Kerry.

La compagnie américaine Cummins s'est associée à la chinoise Foton pour produire d'ici avril près de Pékin quelque 60.000 moteurs propres par an, grâce à un investissement de quelque 350 millions de dollars. (afp)

Appel à l'aide

Des blogueurs chinois ont demandé samedi à Pékin au secrétaire d'Etat américain, John Kerry, d'intervenir en faveur des droits et des libertés en Chine.

Ils se disent victimes de harcèlement et d'emprisonnement. Ces derniers mois, les interpellations de blogueurs contestataires ou de militants politiques se sont multipliées en Chine.

Au cours d'une entrevue de 40 minutes avec M. Kerry, à l'initiative de l'ambassade des Etats-Unis à Pékin, l'un des blogueurs, Zhang Jialong, a accusé des entreprises américaines d'aider la Chine à bloquer l'accès aux réseaux sociaux, tel que Twitter, et à internet en général. Il a demandé aux Etats-Unis d'apporter leur soutien aux «Chinois qui aspirent à la liberté».

Ma Xiaolin, un ex-journaliste de l'agence officielle Chine Nouvelle, s'est plaint de son côté des restrictions d'usage d'internet. Il s'est également adressé à M. Kerry afin que ce dernier use de son influence pour les faire lever.

«Il est clair que selon nous, l'économie chinoise sera plus forte s'il y a une plus grande liberté sur internet», a déclaré John Kerry, à l'issue de cette rencontre. Il a expliqué aux blogueurs avoir exhorté les dirigeants chinois à favoriser la liberté sur internet et évoqué la question de la liberté de la presse.

Les autorités chinoises ont mis en place une censure très perfectionnée d'internet sur leur territoire. Elles contrôlent étroitement la communauté des centaines de millions d'internautes pour éviter l'organisation de la dissidence. Twitter, YouTube ou Facebook sont ainsi interdits dans le pays.

Ton opinion