«Ex_Machina»: Ava, le robot qu'on croirait humaine
Actualisé

«Ex_Machina»Ava, le robot qu'on croirait humaine

Premier film du scénariste de «28 jours plus tard», «Ex_Machina» fait travailler nos méninges.

par
Catherine Magnin

Le jeune programmeur Caleb (Domhnall Gleeson) n'en revient pas: il a été tiré au sort pour passer une semaine avec son patron, Nathan (Oscar Isaac), dans sa résidence secrète en pleine nature. Là, ­Nathan travaille sur un projet top secret. Et quel projet: une intelligence artificielle ayant l'apparence d'une femme! Caleb est chargé de détecter si le robot Ava (Alicia Vikander) est bien doué de conscience.

Pour ce faire, Caleb s'appuie sur une procédure scientifique (le test de Turing). Il n'en est pas moins perturbé par l'apparence d'Ava: un corps sensuel malgré la mécanique visible par transparence. Les premières conversations virent au speed-dating, car contrairement aux films où les robots n'étaient pas des femmes (mais étaient-ils des hommes pour autant?), l'Ava d'«Ex_Machina» semble consciente de son pouvoir de séduction.

Science-fiction et thriller

A l'interrogation scientifique s'ajoute le suspense. Dans un huis clos pesant, Ava met en garde Caleb contre les intentions mégalomaniaques de Nathan. Et si la preuve de l'humanité d'Ava résidait dans son instinct de survie, somme toute bestial? A moins que l'homme lui-même ait insufflé cette bestialité en programmant le robot?

Pour servir cette problématique complexe, le scénariste et réalisateur, Alex Garland, a su trouver une esthétique troublante. S'il lui avait donné un rythme un peu plus soutenu, son «Ex_Machina» aurait été divin.

«Ex_Machina»

D'Alex Garland. Avec Domhnall Gleeson, Alicia Vikander, Oscar Isaac.

Sortie le 3 juin 2015

***

Ton opinion