Actualisé 27.04.2008 à 18:06

Avec Alenko, le Chat Noir a ronronné

Le mythique club carougeois était bien garni vendredi soir pour le premier concert de la tournée du chanteur.

Ces prochains mois, Alenko présentera son nouvel album «Silence… on tourne» un peu partout: Euro, Paléo, Fêtes de Genève, etc. L'occasion était donc belle d'aller l'écouter dans le club carougeois.

Première constatation, l'éclectisme des styles abordés dans son répertoire passe très bien la rampe sur scène. Il faut dire que le Genevois est particulièrement bien entouré. Le bassiste Pierangelo Crescenzio et le guitariste Laurent Poget, notamment, ont suffisamment de métier et de talent pour parvenir à tout jouer avec classe.

Deuxième constatation: Alenko ne se contente pas de simplement interpréter ses chansons; il fait participer les spectateurs en leur donnant au passage une intelligente leçon de rythmique.

Enfin, si le public a pu parfois sembler quelque peu déconcerté par les changements d'atmosphères musicales, il faut reconnaitre au chanteur un réel talent de compositeur. Trois des ses titres, au moins, sont de véritables tubes: le funky «Dimanche», la ballade «En rose» et le joyeux «L'insatiable du swingblackbigbangboogie». Tout le monde ne peut en dire autant.

Didier Tischler

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!