²L’EMPREINTE CO₂ DE LA BASKET - Avec la marque On, vous aurez bonne conscience… jusqu’au bout des pieds!
Publié

²L’EMPREINTE CO₂ DE LA BASKETAvec la marque On, vous aurez bonne conscience… jusqu’au bout des pieds!

Cette entreprise, leader sur le marché suisse de la chaussure de course, veut aussi être à l’avant-garde de la protection de l’environnement. C’est pourquoi On a rejoint le mouvement Science-Based Targets et désire, dans un même temps, secouer le marché de la mode.

par
Jan Graber
L’organisation Science-Based Targets aide les entreprises, comme On, à contribuer à la protection de l’environnement. Il s’agit d’un vrai saut dans le futur.

L’organisation Science-Based Targets aide les entreprises, comme On, à contribuer à la protection de l’environnement. Il s’agit d’un vrai saut dans le futur.

On

Aujourd’hui, près d’un Suisse sur deux porte des baskets de la marque On. Avec une part de marché de 40%, l’entreprise helvétique occupe la première place sur le marché suisse des chaussures de course. Elle désire désormais aussi montrer l’exemple en matière de protection de l’environnement. Cette firme s’est ainsi fixée comme objectif de réduire ses émissions directes de CO₂ de 46% d’ici 2030, alors que les émissions indirectes devraient diminuer de 55%.

C’est dans cette optique que On a rejoint Science-Based Targets initiative (SBTi) (lire l’encadré). Le SBTi calcule pour chaque entreprise les valeurs à respecter, afin d’atteindre les objectifs d’économies de CO₂ fixés par l’accord de Paris, qui prévoit que le réchauffement climatique n’excède pas 1,5 degré Celsius par rapport au niveau de l’ère préindustrielle. Les enseignes inscrites doivent communiquer leurs chiffres chaque année et ceux-ci sont rendus publics.

Les fournisseurs génèrent les plus fortes émissions de CO₂

«Nous avons rejoint le SBTi parce que cette organisation est un leader en matière d’économies de CO₂», explique Viviane Gut, responsable du développement durable chez On. Le SBTi fournit en effet des normes scientifiquement fondées. «Nous avons passé plus d’un an à nous préparer à notre adhésion et à collecter les innombrables données nécessaires», poursuit-elle.

Ce qui en est ressorti est surprenant: sur plus de 87’000 tonnes de CO₂ émises chaque année par On, 99,2% d’entre elles ne sont pas générées par l’entreprise elle-même, notamment par le biais des voitures de fonction ou de la consommation d’électricité, mais par ses fournisseurs et d’autres sources auxquelles l’entreprise n’a pas d’accès direct.

Le secteur de la mode va être bouleversé

La question de la durabilité fait désormais partie intégrante des négociations avec les fournisseurs. On peut dès lors imaginer qu’un fabricant propose à On des produits de bonne qualité, mais n’obtienne finalement pas de contrat avec la firme suisse, à cause de son laxisme en matière de protection de l’environnement. «De plus en plus d’usines suivent toutefois le mouvement», atteste Viviane Gut.

Pour atteindre ses objectifs, On souhaite donc bouleverser la chaîne de fabrication de ses baskets. «L’industrie de la mode est extrêmement démodée; les vêtements sont produits de la même manière depuis 50 ans», déplore Viviane Gut. Mais ce n’est pas une fatalité, ajoute-t-elle. On a développé une chaussure qui ne compte que six composants différents au lieu de trente. Cette basket est également entièrement recyclable. «Elle utilise 70% d’énergie en moins, génère une diminution de 50% du CO₂ et une baisse de 90% des déchets», détaille Viviane Gut.

La marque On a mis au point une chaussure qui ne compte que six composants différents et qu’on ne possède pas, mais qu’on loue sur la base d’un abonnement. Une fois qu’elle est usée, elle est entièrement recyclée.

La marque On a mis au point une chaussure qui ne compte que six composants différents et qu’on ne possède pas, mais qu’on loue sur la base d’un abonnement. Une fois qu’elle est usée, elle est entièrement recyclée.

On

L’avenir appartient à la basket à l’abonnement

Dans un même temps, On souhaite s’éloigner des combustibles fossiles. Le polyamide utilisé pour la production n’est plus fabriqué à partir de pétrole brut, mais de graines de ricin. D’après la spécialiste, l’avenir réside aussi dans la basket à l’abonnement. Quand la chaussure est usée, vous la renvoyez et vous en recevez une nouvelle. L’ancienne est découpée, fondue et reconstruite.

Et Viviane Gut de conclure: «Le SBTi établit des normes qui créent de la transparence et nous permettent d’avancer dans la bonne direction à pas de géant.» Quant aux clients de On, ils ont bonne conscience… jusqu’au bout des pieds!

Les origines de Science-Based Targets initiative (SBTi)

Le SBTi est le fruit d’une collaboration entre le Carbon Disclosure Project (CDP), le Pacte mondial des Nations Unies, le groupe de réflexion World Resources Institute (WRI) et le WWF. Cette organisation vise à aider les entreprises à fixer des objectifs en matière de CO₂ et à les atteindre. Le SBTi peut s’appuyer sur des équipes d’experts et des données scientifiquement fondées. Le but: limiter, d’ici 2050, le réchauffement climatique à 1,5 degré Celsius par rapport au niveau de l’ère préindustrielle, conformément à l’accord de Paris de 2015.

Ton opinion