05.11.2020 à 12:17

CoronavirusAvec la pandémie, Suisses et Européens prennent moins le train

Les CFF constatent une nouvelle baisse de fréquentation des trains avec la deuxième vague de coronavirus. Le phénomène est constaté un peu partout en Europe, avec des exceptions.

Passagers du train, le 6 juillet 2020 à la gare de Lucerne. À cette époque, le nombre moyen de passagers en Europe était supérieur de 57% à celui de la période sans coronavirus de 2019 (photo d’archive).

Passagers du train, le 6 juillet 2020 à la gare de Lucerne. À cette époque, le nombre moyen de passagers en Europe était supérieur de 57% à celui de la période sans coronavirus de 2019 (photo d’archive).

Keystone/URS FLUEELER

La fréquentation dans les trains suisses est de moitié inférieure à la moyenne. En Europe les voyages en train ont baissé entre 27 et 94% au second trimestre.

Les CFF constatent une nouvelle baisse de fréquentation des trains. La semaine dernière, ils ont comptabilisé moitié moins de passagers sur le réseau national qu’à la même période l’année passée, indiquent-ils sur leur site internet. Le réseau régional est fréquenté à hauteur de 70% en comparaison à l’année passée.

L’affluence avait une première fois fortement chuté au mois de mars. Une baisse générale de 80% avait alors été constatée par rapport à 2019. Les usagers ont ensuite repris le train cet été: durant cette période la fréquentation a atteint 70% de celle de l’année passée sur le réseau national et près de 80% sur le réseau régional.

La Suisse dans la moyenne européenne

En comparaison européenne, la Suisse se place dans la moyenne. Au deuxième trimestre 2020, le nombre de passagers de train en Europe a chuté jusqu’à 94% par rapport à la même période en 2019 sans coronavirus.

L’Irlande est le pays qui a le plus renoncé au chemin de fer: avec 94% de passagers en moins et même 95% de kilomètres parcourus en moins, l’île émeraude est en tête du classement publié jeudi par l’Office statistique européen Eurostat, suivie de la France, de l’Espagne et du Luxembourg avec 78% chacun, de l’Italie avec 77% et de la Grèce avec 70% de passagers en moins.

Avec une baisse de 57%, la Suisse se situe à peu près dans la moyenne – avec l’Allemagne, la Hongrie, la Slovénie, la Lituanie, la Suède, le Danemark et l’Estonie, où le nombre d’usagers du rail a diminué de 59 à 55%.

Pays-Bas, la seule exception

Les Pays-Bas constituent une exception importante, avec seulement 5% de moins qui voyage en train par rapport à la période sans coronavirus. L’une des raisons avancées serait qu’après l’arrivée d’une première vague de la mi-mars à la fin avril, le nombre de nouvelles infections a fortement diminué dans le pays pour ne recommencer à augmenter qu’à la mi-juillet.

Dans aucun autre pays européen, le train en tant que moyen de transport n’est resté aussi populaire qu’aux Pays-Bas. La Bulgarie, avant-dernier pays dans les statistiques, a enregistré une baisse de 37%, suivie de la Roumanie avec 47%, de la République tchèque avec 48% et de la Lettonie et de la Finlande avec 52% de clients en moins.

(ATS/NXP)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
31 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Nelson

05.11.2020 à 16:14

Tout ça a cause d'une grippe...

Grat Heure

05.11.2020 à 14:53

Je ne prend jamais de transport en commun,ca me donne de l'urticaire et de l'eczema

tony67

05.11.2020 à 14:39

Je prends toujours le train, mon moyen de transport depuis chez moi.