Avec les Oranje, les commerçants bernois ont tiré le gros lot

Actualisé

Avec les Oranje, les commerçants bernois ont tiré le gros lot

Les Hollandais sont une vraie mine d'or pour la ville de Berne. Mais l'argent en provenance des Pays-Bas attire des convoitises.

par
Nora Camenisch

«Les Oranges pour nous c'est comme faire un six au loto», se réjouit Remo Neuhaus, Chef du Lorenzini, à Berne. «Vendredi passé a été comme un Nouvel An en plein mois de juin» l'argent coule à flots aux abords des Fanzones de la capitale – et chacun tient à récupérer une part du gâteau.

Ceci ne s'applique pas seulement aux Bernois: d'autres gérants de stands des villes hôtes de Bâle et Zurich, où l'on doit se battre pour que les visiteurs des Fanzones consomment chez soi, aimeraient participer à la fête. «Des gérants d'autres villes ont voulu participer», confirme le responsable de l'Euro à Berne Marcel Brülhart, «mais nous ne leur avons distribué aucune autorisation.» En effet, les licences sont réservées aux Bernois.

Les tenanciers jouxtant la Waisenhausplatz se font également du souci pour leur recette. Car ce soir, c'est Italie-France qui sera retransmis, les Hollandais étant déjà qualifiés. Par conséquent, le nombre de visiteurs risque d'être inférieur aux jours précédents. «Les gérants de bars se sont déjà plaints de notre choix», explique Brülhart.

20min.ch

Ton opinion