Technologie: Avec Polaris, les pages web s'affichent plus vite
Actualisé

TechnologieAvec Polaris, les pages web s'affichent plus vite

Des ingénieurs du MIT ont dévoilé un nouvel algorithme qui permet d'accélérer le surf sur la Toile.

par
man

Accélérer l'affichage de pages web se fait généralement via la compression de données, et donc par une perte de qualité, ou par l'interdiction de certaines fonctionnalités, comme dans le cas de la technologie AMP de Google. Les chercheurs du Computer Science and Artifical Intelligence Laboratory (CSAIL) du Massachusetts Institute of Technology (MIT) ont quant à eux choisi une nouvelle approche.

Ils ont mis au point un nouvel algorithme. Baptisé Polaris, il est capable, selon ses créateurs, de réduire le temps de chargement d'une page web de 34% en moyenne. Il a la particularité de cartographier tous les éléments d'une page web afin de définir l'ordre de chargement des différents éléments et de leurs interdépendances. La complexité des pages web actuelles et le nombre de requêtes nécessaires pour charger toutes les ressources provoquent des ralentissements. «Cela peut prendre jusqu'à 100 millisecondes chaque fois qu'un navigateur doit se connecter pour chercher un élément au travers d'un réseau mobile», explique Ravi Netravali, doctorant du MIT. «Notre approche réduit le nombre d'allers-retours afin que nous puissions substantiellement accélérer le temps de chargement d'une page.»

Pour rendre le concept plus tangible, James Mickens, l'un des créateurs de l'algorithme, fait l'analogie avec le voyage d'un homme d'affaires: «Quand vous visitez une ville, vous en découvrez parfois d'autres que vous devrez parcourir avant de rentrer à la maison. Si quelqu'un vous donne la liste entière de ces villes en avance, vous pouvez planifier le trajet le plus rapide. Sans la liste en revanche, vous devez découvrir les nouvelles villes au fur et à mesure de votre avancée, ce qui provoque des zigzags inutiles entre des villes éloignées».

Actuellement au stade de thèse, le projet devrait aboutir en un outil open source, qui pourrait ensuite être adopté par les acteurs du web et les différents navigateurs. Mais la question de savoir quand reste ouverte.

Ton opinion