Confinement des non-vaccinés – Avec vingt jours de retard, la Suisse prend exactement la voie de l’Autriche

Publié

Confinement des non-vaccinésAvec vingt jours de retard, la Suisse prend exactement la voie de l’Autriche

L’augmentation des cas dans notre pays est similaire à celle qui a amené l’Autriche à prononcer le confinement des non-vaccinés. La task force exhorte la population à y mettre du sien.

par
Yannick Weber
Pour Urs Karrer, infectiologue et vice-président de la task force Covid-19, la Suisse est dans le sillage de l’évolution qui a mené au confinement des non-vaccinés en Autriche.

Pour Urs Karrer, infectiologue et vice-président de la task force Covid-19, la Suisse est dans le sillage de l’évolution qui a mené au confinement des non-vaccinés en Autriche.

OFSP

Explosion des cas, hausse des admissions en soins intensifs: depuis lundi, les non-vaccinés sont confinés en Autriche. La Suisse, voisine directe, peut-elle éviter un pareil sort? «Il n’y a actuellement guère d’indices pour suggérer que la Suisse connaîtra une évolution clairement plus favorable», craint Urs Karrer, vice-président de la task force scientifique.

Imiter ses voisins

Plusieurs similitudes sautent aux yeux. Taux de vaccination en Autriche: 64,4%. Taux de vaccination en Suisse: 64,8%. De plus, la courbe suisse des contaminations suit exactement la même tendance que celle de l’Autriche, mais avec un temps de retard, qui commence à se combler (lire encadré ci-dessous). Le niveau de contaminations en Suisse vendredi dernier était celui de l’Autriche il y a trois semaines.

L’augmentation des cas en Suisse est identique à celle de l’Autriche, mais part d’un peu plus bas. 

L’augmentation des cas en Suisse est identique à celle de l’Autriche, mais part d’un peu plus bas.

Ourworldindata

Vagues voisines

De plus, Urs Karrer rappelle que «ces derniers mois, les mesures chez nous étaient plutôt moins strictes que celles de l’Autriche». De quoi entrevoir un destin encore plus sombre? Pas forcément, car d’autres facteurs entrent en compte. «Le comportement individuel continue d’avoir une influence majeure sur le développement épidémiologique», dit-il.

Les vaccinés peuvent aider

Comme le constatait sa collègue de la task force Tanja Stalder dimanche, «le Conseil fédéral ne pourra pas éviter de réfléchir sérieusement à un nouveau train de mesures dans les prochaines semaines». «Nous avons suffisamment appris dans cette pandémie pour dire que dans une phase de croissance exponentielle, il est plus efficace d’agir avec prévoyance que de réagir le dos au mur», dit Urs Karrer.

Il en appelle notamment à la mobilisation de chacun. «Tout le monde, y compris les vaccinés, devrait à nouveau mieux respecter les mesures de base. Outre la distance et les masques, cela inclut également une bonne ventilation, car plus de 90% de la transmission du variant Delta a lieu dans les espaces intérieurs», dit-il.

Ton opinion

783 commentaires