Actualisé 03.12.2014 à 14:25

Suisse

Avenir incertain pour les constructeurs de tunnel

Les constructeurs de tunnel font face à des temps incertains. Ils estiment que les volumes d'activité pourraient aussi bien augmenter de 60% que chuter de 60% ces prochaines années.

L'évolution du volume d'activité des constructeurs de tunnel suisses dépendra de la mise en oeuvre des grands projets d'infrastructures. Si ces projets ne se réalisent pas, les investissements diminueront jusqu'en 2021 d'une valeur actuelle annuelle moyenne de quelque 1,2 milliard de francs à 500 millions, a indiqué la Fédération Infra, l'organisation qui réunit les entreprises actives dans la construction d'infrastructures, dans son étude publiée mercredi.

Si le projet en cours de discussion du percement d'un deuxième tunnel routier au Gothard venait à se concrétiser, la valeur des investissements grimperait à 1,8 milliard de francs par an.

A côté du Gothard, le deuxième tube du Fäsenstaub (SH) et la construction d'un nouveau contournement de Lucerne (entre Emmen et Horw) figurent parmi les dossiers incertains.

Pour mener à bien leur étude, les chercheurs ont pris en considération tous les projets rendus publics jusqu'en 2025. En fonction de leur réalisation, les investissements cumulés annuels varient entre près de 200 millions de francs et 900 millions.

«Les constructeurs de tunnels ont besoin de clarté», exige Benedikt Koch, directeur de la Fédération Infra, cité dans le communiqué. En l'absence de signaux, ils auront de la peine à déterminer s'ils doivent accroître ou réduire leur capacité et, par prolongement, savoir si des emplois doivent disparaître ces dix prochaines années.

De longues procédures

Sans compter la perte d'un important savoir-faire. A première vue donc, la situation paraît paradoxale, car les besoins en nouveaux tunnels augmentent avec la circulation routière et ferroviaire. Mais, en raison d'obstacles politiques et juridiques, des décennies peuvent s'écouler avant la concrétisation des nouvelles infrastructures.

L'exemple du troisième tube du tunnel du Gubrist, au nord de Zurich, demeure éclairant. En 2004, la direction des travaux du canton de Zurich proposait un projet pour l'élargissement du tunnel au nord. Suite à cela, des critiques ont été émises. Une plainte a même été jusqu'au Tribunal fédéral, ce qui a mené à l'examen d'une autre variante.

La conseillère fédérale Doris Leuthard, chef du Département des transports (DETEC), a indiqué dans une récente interview à la presse dominicale alémanique que le projet devait être partagé pour qu'au moins les travaux sur le côté est puissent débuter. Dans l'étude de la Fédération Infra, l'extension du Gubrist figure dans la catégorie des projets acquis. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!