11.04.2019 à 17:48

Fontenais (JU)

Avis de recherche pour un chat qui terrorise le village

Un vilain matou est dans le collimateur de l'État. Le suspect, qui s'attaque à ses congénères mais aussi aux humains, sera capturé.

de
Francesco Brienza
La terreur du quartier devait être capturée par le vétérinaire cantonal en fin de semaine.

La terreur du quartier devait être capturée par le vétérinaire cantonal en fin de semaine.

Canton du Jura

Habitants mordus, maisons souillées et rivaux massacrés: depuis un mois, un mystérieux matou sème la terreur dans le paisible village de Fontenais (JU), rapportent «Le Quotidien Jurassien» et la radio RFJ. Vraisemblablement errant, le chat fait la loi dans tout le quartier Sous la Côte. Une maison est restée ouverte? Monsieur entre et marque son territoire. Un rival se met en travers de sa route? Il lui règle son compte. Quelqu'un essaie de le chasser? Il griffe et mord sans hésiter. En moins d'un mois, le bilan est lourd: deux humains mordus, un chat grièvement blessé et des appartements marqués à la pelle. «On nous a aussi signalé qu'il grognait, voire sautait, sur des enfants», a indiqué une employée communale à nos confrères.

Face à cet incontrôlable félin, les autorités jurassiennes ont décidé de sortir l'artillerie lourde. Un avis de recherche avec portrait du mystérieux suspect a été envoyé à tous les habitants de Fontenais et une opération de capture est prévue cette fin de semaine. «Ce genre de comportements agressifs chez les chats pose un problème de sécurité publique, justifie le vétérinaire cantonal Flavien Beuchat. C'est rarissime. Il y a probablement une pathologie derrière tout cela.» Raison pour laquelle l'animal sera ausculté une fois capturé. Si une maladie incurable est détectée, il sera endormi. Si son comportement évolue favorablement après castration, il sera mis à l'adoption.

Sur les réseaux sociaux, les habitants prennent l'affaire plutôt à la légère. «Ces soucis qu'on a dans notre village», poste une internaute dans un éclat de rire. «C'est la guerre où je vis», ajoute une autre. Aux dernières nouvelles, le matou a pu être localisé et isolé par un habitant, qui a réussi à l'approcher. «Cela nous facilitera la tâche et nous évitera de piéger le chat de quelqu'un d'autre par erreur», conclut Flavien Beuchat.

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!