Actualisé

Clubs romandsAvis de tempête sur le foot romand

Rien ne va plus pour les deux clubs romands de l'élite. Les choses devraient bientôt bouger à Sion, alors qu'à Xamax le mois d'octobre s'annonce périlleux.

par
Marc Fragnière

Battu 5-0 à Berne par YB, le FC Sion a touché le fond, dimanche. A Neuchâtel, où la dernière victoire à domicile remonte au 2 avril dernier (1-0 face à Saint-Gall), la situation n'est guère plus reluisante après le nul 3-3 arraché par Bellinzone dans les arrêts de jeu. Habitués des coups de gueule, les deux présidents se font relativement discrets. L'homme fort sédunois Christian Constantin assure pourtant que changement il y aura: «Il faut d'abord que la colère retombe. Mais je donnerai des nouvelles en milieu de semaine», assure-t-il. Dans l'œil du cyclone, l'entraîneur Uli Stielike est au bénéfice d'un contrat de trois ans en Valais. Mais l'Allemand a laissé entendre dimanche qu'en cas d'arrangement il pourrait écourter son passage à Tourbillon, où la rumeur lui prête des rapports tumultueux avec ses joueurs.

Pour sa part, le boss xamaxien Sylvio Bernasconi a refusé la démission du coach, Nestor Clausen, dimanche. Selon les médias neuchâtelois, il n'entend rien entreprendre avant le déplacement en Coupe à Lausanne dans deux semaines et la venue de Lucerne en championnat, le 25 octobre. Dépité, l'homme de banc argentin tenait à préserver son honneur en posant les plaques plutôt que de toucher plus longtemps un salaire qu'il jugeait immérité. Implacable, son discours n'aura sans doute pas ramené la sérénité dans un vestiaire neuchâtelois à l'ambiance plombée.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!