Actualisé 27.01.2011 à 07:48

Lausanne

Avril sera chaud pour les services sociaux

Les services sociaux lausannois se préparent à affronter un choc sans précédent en avril, dû à l'entrée de la révision de la loi sur l'assurance chômage.

Des postes sont créés pour faire face aux nouvelles demandes attendues.

Des postes sont créés pour faire face aux nouvelles demandes attendues.

Plus de 700 ménages en fin de droit vont faire appel à eux dès avril. Cet afflux massif résulte de la révision de la loi sur l'assurance chômage voté en septembre, indique la ville.

Une douzaine de postes à plein temps sont en train d'être créés pour s'occuper de ces nouveaux cas, explique mercredi Michel Cornut, chef du service social de Lausanne. Ils émargeront au budget cantonal, précise-t-il à l'ATS.

Besoin d'espace

De son côté, la municipalité sollicite un crédit de plus d'un million de francs auprès du Conseil communal afin de disposer de locaux supplémentaires pour faire face aux besoins. Le canton compte au total onze centre sociaux régionaux, mais Lausanne représente 38% de l'activité globale.

Les retombées permanentes de la révision de la loi sur l'assurance chômage dont le volet prestations entre en vigueur en avril ont été estimées à 6 millions de francs pour la ville de Lausanne. Cela à travers sa participation à la facture sociale cantonale, note Michel Cornut.

Indemnités réduites

La révision de la loi débouche sur un fort impact social et humain. Pour les chômeurs de 30 à 55 ans par exemple, le nombre maximal d'indemnités journalières tombe de 520 à 400. Les chômeurs de moins de 25 ans qui n'ont pas d'obligation d'entretien envers des enfants et qui auront bénéficié de 200 indemnités sont aussi touchés.

Lausanne devra accueillir environ 500 nouveaux requérants au Revenu d'insertion (RI). Ils viendront s'ajouter aux 250 à 300 nouveaux demandeurs que le service social reçoit chaque mois à cause de la crise économique de 2009. Les trois à six mois suivants pourraient être encore plus chargés que d'habitude, estime la ville.

Le canton estime qu'environ 2500 Vaudois vont arriver en fin de droit en avril, en raison de la révision de la loi. «Sur ce nombre, nous estimons qu'environ mille auront droit à l'aide sociale», a précisé Roger Piccand, chef du service cantonal de l'emploi.

Forte hausse

Chaque crise économique entraîne une hausse de la demande d'aide sociale durant près deux ans. Environ 20% des chômeurs en fin de droit ne retrouvent pas d'emploi. La récession de 2003 a provoqué une augmentation de 55% de la demande entre 2003 et 2005.

L'éventuel vote populaire sur le projet vaudois de prestations complémentaires pour les familles pauvres et de rentes-ponts pour les chômeurs proches de la retraite influencera la situation. S'il est accepté, il aura un effet stabilisateur, voire entraînera une légère baisse pour la demande d'aide sociale. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!